Youssef Tazi raconte son expérience africaine

Lors du sommet économique Afro-américain organisé par la Corporate Council on Africa à Philadelphie aux Etats-Unis, Ahmed Lahlimi, ministre marocain chargé des affaires générales du gouvernement, de l’artisanat et des PME-PMI, avait fait une déclaration résumant l’implication économique du Maroc en Afrique. « Le Maroc se veut une base d’investissements américains vers le Maghreb et l’Afrique Sub-Saharienne », a-t-il expliqué. Le dernier exemple est celui de l’affaire Sénélec, dont les négociations entre le groupement ONE/Vivendi ont été gelées par le gouvernement sénégalais. Les raisons : il exige le versement intégral de 95 millions d’euros, tandis que le consortium mise sur le paiement de 63 millions d’euros et d’un droit d’usage de la Sénélec sur un quart de siècle. Pour d’autres entrepreneurs marocains, l’aventure africaine, commence par « l’attrait de la diversité des affaires, la fuite d’une concurrence locale et l’importance du gain », explique Youssef Tazi, installé en Guinée depuis 1993 à la tête de Smirri BTP. L’obtention d’un marché pour la construction d’un barrage et d’un réseau d’eau potable en Guinée, lui a permis de d’occuper de plain-pied le secteur du BTP en Guinée.
« Au début ce n’était pas évident en raison de la méconnaissance du pays et des mentalités des autochtones », se souvient-il. Actuellement, le nombre de projets réalisés par son entreprise tourne autour d’une vingtaine entre la Guinée et le Sénégal. C’est sur la base de soumission à des appels d’offres, que Youssef Tazi investit les marchés africains.
Généralement, ce sont les organismes financiers internationaux qui initient les appels d’offres, aussi une certaine rigueur existe, quant à l’examen des dossiers des projets. Les entreprises présentent en Guinée, notamment, sont de différentes tailles. Entre les entrepreneurs, c’est des rapports d’ententes tacites qui se sont installés. Pour leur part, les autorités locales sont plutôt conciliantes en matière de procédure et de paperasse administratives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *