Zones industrielles : Danger zone

Aucune évaluation n’a encore été faite, mais les dégâts sont énormes. Pour la troisième année consécutive. Quelques jours de précipitations sont venu mettre à nu la fragilité de nos infrastructures. Routes bloquées, villes inondées, zones industrielles complètement isolées. Plusieurs des zones industrielles que comptent le Maroc subissent chaque année des le même sort: l’isolement par surabondance de pluies.
La question à se poser est y a-t-il eu planification préalable de ces zones. « Ces zones ressemblent plus à des bidonvilles industriels améliorés qu’à des zones industrielles dignes de ce nom. Elles sont sans assainissement, ni voiries. Le résultat en est que 60 à 70% des zones industrielles aménagées sont vides. Celle qui sont exploitées ne sont pas à l’abri», déclare un haut responsable de la conservation foncière. Une situation qui se traduit par des malheurs tels que ceux survenus à Mohammedia, devenue un véritable brasier, et Berrchid dont la zone industrielle croule sous 1à 2 mètre cube d’eau. Poser le problème de la planification de ces zones, c’est poser le problème de toute la politique d’aménagement du territoire. Des plantations par ci par-là qui manquent de tout. Besoin en main d’oeuvre oblige, les gens finissent par s’installer aux alentours. Plus de 80% des bidonvilles au Maroc sont en effet construits autour de ces zones.
La raison n’est autre que le flux migratoire et tous les problèmes sociaux qui lui sont connexes. C’est dire qu’en cas de catastrophe, ce sont donc les plus démunis qui en sont victimes. La ville de Berrchid a reçu pendant quelques jours les crues des bassins versants avoisinants. Assez pour que la zone industrielle soit carrément isolée. Certains employés, pris en otage, qui ont en chaque année le malheur d’être là, ne doivent leur salut qu’aux interventions des éléments de la Protection civile et de la Gendarmerie.
Pour le responsable, il est nécessaire de créer un organe de régulation de foncier au niveau de chaque région pour éviter les impacts négatifs constatés sur les zones actuelles, notamment la prolifération des bidonvilles et les risques encourus de certaines zones.
L’Etat a donc un rôle important à jouer dans les domaines du réseau routier, l’infrastructure et l’habitat. Les zones industrielles doivent être réfléchies de façon a permettre un cadre de vie pour les ouvriers, techniciens… qui y travaillent. Une réglementation de l’espace industriel s’impose dans le sens de permettre la création non seulement de richesses mais aussi d’entités homogènes où les travailleurs peuvent bien vivre, sans avoir peur pour leur vie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *