Découvrir des logiciels de base de données gratuits

Découvrir des logiciels de base de données gratuits

Le logiciel gratuit de base de données le plus complet du marché est sans conteste OpenOffice Base 3.1. La documentation en ligne du projet Open Source dit la chose suivante : «Avec OpenOffice.org 3.1, il est possible de construire une application de base de données complète à l’aide de macros et de scripts à l’intérieur d’un document Base (.odb). Cela signifie que les macros peuvent maintenant être exécutées soit à partir du document lui-même, ou d’un de ses sous-composants : formulaire, rapport, création de table, création de requêtes, création de relation, vue de table. C’est une amélioration importante pour les personnes souhaitant créer des applications intégrées complètes dans Base». On peut se procurer le logiciel à l’adresse http://fr.openoffice.org/about-downloads.html. De la documentation sur OpenOffice Base 3.1 est disponible à l’adresse http://fr.openoffice.org/Documentation/Index.html. On trouve ainsi des «comment faire» sur le module de base de données. Le comment faire débuter avec base est très intéressant. On y apprend les notions suivantes. L’objectif  d’une base de données est le stockage structuré de données et la mise à disposition d’outils permettant d’afficher les données de manière pertinente.
Une base est constituée de tables. Chaque table est constituée de champs, qu’on appelle aussi parfois colonnes. On peut envisager la structure d’une  table  (la description des champs qu’elle contient)  comme un modèle de  fiche à remplir. D’une certaine manière, une table peut être vue comme une feuille de classeur Calc : les champs comme colonnes et les enregistrements comme lignes. Mais il y a une différence fondamentale : dans une table, le type de contenu des colonnes est indiqué dans la structure de la table, et est le même pour toutes les lignes d’une colonne. Chaque fois que l’on saisit une nouvelle fiche, on crée un enregistrement. Un champ est un espace réservé aux données auquel on a imposé certaines règles. «type de données» : on doit indiquer quel type de données le champ est susceptible de contenir. Par exemple, nombres entiers, ou chaînes de caractères.
Nous verrons plus loin les types de données disponibles dans une base intégrée. «contraintes» : on peut imposer certaines contraintes aux données contenues dans un champ.
Par exemple,  la contrainte d’unicité indique au système que ce champ ne peut pas contenir deux  fois  la même valeur.  La contrainte non-vide  indique au système que ce champ doit impérativement contenir une donnée. «Valeur par défaut» : on peut spécifier quelle valeur sera  inscrite par défaut  dans  le champ si l’utilisateur ne saisit pas de données.
«Clé primaire»: Les bases intégrées imposent la présence d’une clé primaire dans chaque table. Une clé primaire est un champ (ou une combinaison de champs) qui sera l’identifiant unique de chaque enregistrement. Dans Base, cette clé primaire peut être générée automatiquement. Si vous le souhaitez, vous pouvez créer votre première base de données en suivant le tutoriel «débuter avec base». Bonne découverte d’OpenOffice Base 3.1 !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *