Dell Technologies explore les nouvelles relations homme-machine

Dell Technologies explore les nouvelles relations homme-machine

Les entreprises se reposent de plus en plus sur les nouvelles technologies pour certaines tâches. Il n’est pas étonnant que d’ici 2030, lesdites entreprises soient entièrement technologiques.

C’est pour cela, selon une étude commandée par Dell Technologies, qui elles doivent dès à présent commencer à réfléchir à la façon de préparer leurs infrastructures et leurs collaborateurs aux évolutions futures. Intitulée «The Next Era of Human-Machine Partnerships», cette étude menée par Institute for the Future (IFTF) examine la manière dont des technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle, la robotique, la réalité virtuelle, la réalité augmentée et le cloud transformeront nos modes de vie et de travail au cours de la prochaine décennie. Mais ce n’est pas tout, cette étude examine aussi les habitudes des consommateurs et la manière qu’ils ont de se préparer à une société en perpétuelle évolution. «The Next Era of Human-Machine Partnerships» a été commandé par Dell Technologies dans le but d’aider les entreprises à s’orienter dans un monde en constante évolution. Une évolution non-linéaire qui ne permet pas de prévoir où va l’industrie.

Selon le Digital Transformation Index de Dell, 52% des décideurs ont vécu un bouleversement majeur de leur secteur sous l’effet des technologies numériques. En outre, près d’une entreprise sur deux pense qu’il existe pour elle un risque de devenir obsolète au cours des trois à cinq prochaines années. Un bouleversement sans précédent comme le précise Jeremy Burton, Chief Marketing Officer de Dell : «Le rythme du changement est bien réel et cela devient désormais une question de survie. Pour entrer de plain-pied dans l’ère des partenariats homme-machine, chaque entreprise va devoir être numérique, avec un place prépondérante donnée aux logiciels. Cependant les entreprises devront se montrer réactives et augmenter la capacité de leurs machines, préparer leurs infrastructures et accompagner leurs collaborateurs afin d’impulser ce changement». Pourtant tout ne semble pas rose comme l’indique Rachel Maguire, directrice de recherche pour Institute for the Future. «Nous avons été confrontés à deux perspectives extrêmes concernant les machines et l’avenir: d’une part, les craintes suscitées par le chômage technologique et d’autre part, l’excès d’optimisme consistant à voir dans la technologie le remède à tous nos maux sociaux et environnementaux».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *