DigitalFikra : 350 propositions à ce jour

DigitalFikra : 350 propositions à ce jour

L’appel à idées se poursuit jusqu’au 14 janvier

Au 8 janvier 2017, le secrétaire d’Etat chargé de l’investissement recense plus de 350 idées émanant de 120 participants.

Les internautes sont appelés à participer à l’élaboration de la feuille de route de l’Agence du développement digital. Quelques jours après le lancement de cette nouvelle instance, les idées fusent de tous les côtés pour mettre en œuvre des projets innovants pouvant dynamiser l’économie numérique du Maroc et accélérer la transformation numérique au niveau national. Pour booster cet élan, Othmane El Ferdaous a lancé une nouvelle initiative sur les réseaux sociaux impliquant ainsi l’ensemble de la e-communauté  dans ce chantier numérique prometteur.

A l’instar de «#FikraInvest», le secrétaire d’Etat chargé de l’investissement auprès du ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique a donné le coup d’envoi sur le Web d’un nouveau hashtag «#digitalFikra». L’action consiste à proposer des idées dans un délai allant jusqu’au 14 janvier. Les meilleures propositions seront présentées au prochain conseil d’administration de l’Agence du développement digital. Les idées partagées doivent concerner l’écosystème start-up au Maroc ainsi que les relations que devrait établir l’Agence avec la communauté des innovateurs. Aussitôt lancé par Othmane El Ferdaous, les internautes ont fait preuve d’une grande réactivité. A l’heure où nous mettions sous-presse, «#digitalfikra» arrive à mi-chemin. Ainsi, au 8 janvier 2017, le secrétaire d’Etat chargé de l’investissement recense plus de 350 idées émanant de 120 participants. Toutefois, Othmanee El Ferdaous fait observer le manque d’implication des femmes. La gent féminine représente jusque-là 12% des participants. Un retard qui devait être rattrapé durant les six jours restants à cette initiative.

Les propositions émises à ce jour couvrent plusieurs secteurs. En parcourant les réseaux sociaux, on repère la création d’un comité digital des banques participatives, le lancement d’un concours annuel d’innovation et de création de start-up pour des binômes (écoles d’ingénieurs, école de commerce) ainsi que le développement d’un modèle d’éducation aux nouvelles technologies, notamment à travers l’établissement des TechnoMokhayam pour enseigner aux enfants la sécurité informatique, l’électronique, le dessin et impression 3D, etc. D’autres participants ont promu l’excellence entrepreneuriale à travers une démarche de vulgarisation et un déploiement massif du savoir et de la culture digitale. Ceci passerait, entre autres, par la mise en place d’un label qualité-excellence pour les universités et écoles d’ingénieurs.

Dans le même sillage, certains internautes ont plaidé la création d’une bourse nationale d’études dans les grandes écoles à l’étranger avec comme condition l’obtention de l’obligation d’exercer son activité au Maroc ou dans une entreprise marocaine pendant 2 ans. D’autres sont même partis des pistes pour la vision africaine de l’agence. La finalité étant de positionner le Maroc comme étant une Start-up Launchpad pour l’Afrique ainsi que de faciliter la création d’entités locales portant le développement Afrique de ces start-up. Rappelons que l’Agence du développement digital a tenu son premier conseil d’administration le 22 décembre 2017. Cette instance conduite par interim par Khouloud Abejja a pour mission principale l’accélération de la transformation numérique de l’économie nationale. Elle se chargera de mettre en place des approches intégrées dans le domaine du développement numérique au Maroc, de mettre en œuvre les stratégies de l’Etat en la matière et de promouvoir la diffusion d’outils numériques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *