Furukawa choisit Tanger pour implanter sa première usine en Afrique

Furukawa choisit Tanger pour implanter  sa première usine en Afrique

Tanger poursuit le renforcement de son attractivité auprès des grands industriels étrangers. Considéré comme le troisième au niveau mondial dans la fabrication et la vente de fibre optique, après notamment l’italien Prysmian et l’américain Corning, Furukawa Electric vient d’annoncer son choix pour la ville du détroit pour y implanter l’une de ses plus grandes unités de production.

Le géant japonais prévoit, selon Nikkei Asian Review, un site d’information économique japonais spécialisé, d’investir quelque 75 millions de dirhams, pour en faire sa première usine en Afrique.

Le choix de Tanger, poursuit la même source, pour accueillir ce projet d’unité de production de câbles en fibre optique, se base sur plusieurs raisons. D’ailleurs, la mise en place de cette future usine à Tanger permettra au géant japonais de profiter, entre autres, de la position géographique stratégique de la ville ainsi que ses projets structurants et ses infrastructures de base, en particulier portuaires.

Et comme c’est le cas pour les autres investissements au Maroc, dont la production est destinée totalement ou partiellement à l’export, celui de Furukawa Electric va bénéficier de l’accès à un nombre important de marchés, constitués d’un milliard de consommateurs (soit 60% du PIB au niveau mondial), créés grâce à une série d’accords de libre-échange liant le Maroc à plus d’une cinquantaine de pays.

Le géant japonais, qui semble croire dur comme fer au niveau de développement des pays d’Afrique dans le domaine des télécommunications, mise à travers ce projet sur les marchés africains. Jusqu’à présent aucune information n’a filtré concernant le lieu et la date du lancement des travaux de construction de la future usine de Tanger, ni celle de sa mise en service. En revanche, le groupe nippon a fait part de la vocation première de cette unité de répondre à une demande en plein essor en Afrique en ce genre d’infrastructures de télécommunications.

Ce nouveau projet comportera, explique la même source, la phase finale de fabrication des câbles à base d’éléments bruts en provenance entièrement des usines de Furukawa aux Etats-Unis et au Japon. Il prévoit, dans un premier temps, et d’après la même source, de satisfaire la demande des compagnies de télécoms aussi bien en Afrique qu’en Europe.

Et ce, avant d’entamer plus tard la fabrication de connecteurs de fibres et autres composantes annexes. D’autant plus et en se basant sur des données statistiques, le secteur est promis à un bel avenir grâce à une nette augmentation de la demande enregistrée au cours des prochaines années en fibre optique en Afrique et en Europe. Il en résultera une augmentation de 80%, passant ainsi de 18 à 32 millions de kilomètres à l’horizon 2018.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *