Internet : Qui contrôle l’identité sur le web ?

Internet : Qui contrôle l’identité sur le web ?

La course pour s’approprier votre identité virtuelle a commencé. Dans des annonces faites à quelques jours d’écart à la fin du mois d’avril, Facebook et Mozilla ont lancé des efforts simultanés pour améliorer la manière dont les internautes sont identifiés et se connectent sur le web. Les deux approches sont fondamentalement différentes. Facebook utilise le protocole Open Graph qui se base sur le standard 0Auth grâce auquel un site web identifie un internaute via un site de tierce partie sans échanger de l’information sensible. L’approche prise par la fondation Mozilla,  qui est à l’origine du navigateur Firefox, vient sous la forme d’extensions du fureteur. L’une d’entre elles, appelée Account Manager, peut remplacer tous les mots de passe d’un internaute, par des chaînes de caractères générées par ordinateur qui sont cryptées et protégées par un mot de passe unique. L’extension de Mozilla pour l’identité sur le web peut interagir avec les autres standards d’identité comme OpenGraph, 0Auth, et OpenID. Le but de la fondation Mozilla est d’établir un jeu de standards qui permet à n’importe quel fournisseur de services web d’héberger un profil de réseau social pour tous les utilisateurs. De plus en plus, l’identité sera hors de la page web mais plutôt dans le cœur même du navigateur. La connexion ou la déconnexion d’un site web sera accomplie à travers des boutons intégrés au navigateur qui activeront des protocoles. Le processus de création et de mémorisation des noms d’utilisateurs et des mots de passe deviendra ainsi obsolète. Selon Mike Hanson, Ingénieur chez Mozilla, «tous les internautes aujourd’hui doivent s’identifier sur tous les sites qu’ils visitent». Ceci crée inévitablement de la confusion et des brèches de sécurité, notamment lorsque les mots de passe sont identiques à travers plusieurs sites. Selon lui, la solution est de laisser le navigateur gérer l’identité de l’internaute. Weave Sync, une autre extension Mozilla, permet de réaliser cette vision. Elle stocke des versions encryptées d’une liste grandissante de données sur des serveurs hébergés par Mozilla. Les données incluent l’historique de navigation, les préférences, les marque-pages, et même les onglets ouverts qui peuvent être synchronisés sur plusieurs navigateurs. L’automne dernier, Mozilla a chargé une équipe de recherche  de concevoir un navigateur qui gérerait l’autre moitié de l’identité en ligne, à savoir le graphe social d’un internaute. Selon le concepteur du projet Chris Messina, «il s’agit d’un navigateur qui sait qui vous êtes à travers toutes vos expériences sociales». Il imagine un navigateur qui permettra aux internautes de suivre d’autres internautes en ayant accès aux flux Facebook, Twitter, Flickr, etc.collectés dans un onglet unique du navigateur. Une interface similaire pourrait être utilisée pour contrôler exactement l’information privée à laquelle d’autres sites ou d’autres personnes ont accès. Ceci permettra, par exemple, de changer une adresse de livraison sur un ensemble de sites en une seule fois. Facebook et Mozilla devront tous les deux affronter des difficultés pour imposer leur vision de l’identité en ligne. La barrière la plus importante sera très certainement l’adoption de protocoles convenables.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *