La 3D arrive sur le web

La 3D arrive sur le web

En mars dernier, Khronos Group, l’organisme qui gère et promeut des standards technologiques tels qu’OpenGL ou OpenCL, a lancé une initiative visant à créer un standard ouvert pour la 3D sur Internet, sur une proposition de Mozilla. Google a répondu avec enthousiasme à cet appel en proposant un plugin 3D pour les navigateurs sur Windows, Mac OS X et Linux, baptisé O3D. Le plugin est open-source et libre de droits. Chacun peut créer du contenu sans acheter de logiciel d’authoring. Les contenus 3D peuvent intégrer des éléments interactifs, codés en javascript. Il intègre également un moteur physique, Box2D, qui n’est toutefois pas à la hauteur de concurrents comme Havok ou Ageia PhysX. C’est d’ailleurs ce dernier qu’on retrouve au cœur de Shockwave, la technologie actuellement dominante en matière de 3D en ligne, avec 60% de pénétration du marché. Grâce à la technologie O3D, un site web peut se transformer en île tropicale dans laquelle l’internaute va se promener avec les touches du clavier. Il s’agit d’un monde virtuel à la manière de Second Life que l’on peut visiter sans quitter le navigateur. Ceci est rendu possible grâce à l’évolution technologique du HTML et du Javascript ainsi que des performances des navigateurs web de dernière génération. Au cinéma, la 3D est connue depuis les sorties de Jurassic Park en 1993 et Toy Story en 1995. Des logiciels comme Blender sous Linux (ubuntu) ou 3D Studio Max sur PC permettent de créer des images de synthèse. En 1994, à l’occasion de la World Wide Web Conference, le VRML (Virtual Reality Modeling Language) a été présenté. Il s’agit comme du HTML d’un langage de présentation dédié à la 3D. Le VRML permet de décrire une scène d’un monde virtuel afin qu’un logiciel dédié l’affiche. Le VRML permet par exemple de décrire une forme géométrique cylindrique de rayon 3, de hauteur 6, dont la matière est de couleur jaune et reflète la lumière brillamment, le tout dans une syntaxe informatique codifiée. Le logiciel utilisé pour afficher la scène interprète le fichier VRML et crée la vue décrite dans laquelle il est possible de se déplacer. Au tout début du VRML, un problème de taille était que le logiciel nécessaire pour afficher la scène décrite en VRML était distinct du navigateur web. Mais peu à peu, des plugins sont sortis qui ont permis aux navigateurs d’interpréter directement un fichier VRML. Ainsi vous pouvez vous rendre à l’adresse http://cic.nist.gov/vrml/cosmoplayer.html pour installer le plugin Cosmo Player. Cherchez l’installeur pour Firefox. On peut ainsi trouver des scènes VRML à visualiser directement sous Firefox à l’adresse http://web3dart.org. Cependant le VRML est en voie de disparition. En effet, les technologies Shockwave et Flash d’Adobe ont en sonné le glas. C’est le O3D dont nous avons déjà parlé qui sera le successeur du VRML. Si Google parvient à créer une norme 3D pour le web avec O3D, ceci sera sans doute une révolution dans le paysage du web. Il faudra quelques années pour cela. Prenons notre mal en patience !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *