Le Maroc Digital soumet 6 propositions fortes pour le Maroc

Le Maroc Digital soumet 6 propositions fortes pour le Maroc

Lancée en juillet 2015, l’Association le Maroc Digital, qui forme le principal réseau d’entrepreneurs dédié au potentiel économique et social du digital au niveau national, soumet 6 propositions fortes pour que le Maroc bénéficie des opportunités de la nouvelle économie numérique.

Au fait, tous les spécialistes s’accordent sur le fait que le monde est en train de vivre sa quatrième révolution industrielle. Alors que la première révolution a été enclenchée par la machine à vapeur, la deuxième par l’électricité et la troisième par l’électronique et la robotique, la quatrième combine aujourd’hui le big data, l’Internet des objets, les nanotechnologies, l’intelligence artificielle et l’économie collaborative. Or, comme à chaque nouvelle transformation mondiale, les Etats qui souhaitent accompagner ce mouvement se doivent de mettre en place des réglementations qui favorisent l’émergence et la croissance de la nouvelle économie. En effet, le Maroc Digital présente six mesures fortes qui permettront au pays de mieux saisir les opportunités réelles de la nouvelle économie et de créer davantage d’emplois pour les jeunes dans un contexte économique morose, une TVA allégée ou une réduction de la TVA pour le e-commerce, à l’instar de ce qui a été fait aux Etats-Unis en vue d’encourager l’e-commerce. Puis l’arrêt du monopole de Poste Maroc pour les colis de moins de 1 kg afin de favoriser la compétitivité pour la logistique du e-commerce. Ensuite un basculement des subventions de la presse écrite, de moins en moins lue, vers la presse électronique dont le lectorat augmente en volume et un cahier des charges pour encadrer et encourager les métiers du digital. Enfin une loi pour encadrer et encourager le crowdfunding, en discussion mais non aboutie. Sans oublier de mentionner une libéralisation totale du marché des paiements en ligne afin de réduire les frais de paiement.

A l’instar de la Malaisie avec le crowdfunding, ou encore des Philippines qui ont récemment initié un cahier des charges sur les plates-formes technologiques de transport, l’association propose pour le Maroc une série de propositions concrètes, grâce auxquelles le pays pourra profiter de la révolution digitale et non la subir. Il est à noter que l’Association le Maroc Digital œuvre depuis près de deux ans à l’accompagnement et au développement du secteur. En effet, convaincu que les pays émergents sont en mesure de rattraper leur retard vis-à-vis des pays développés, le Maroc Digital est engagé depuis sa création dans la mise en place d’un cadre réglementaire et d’incitations favorables à l’innovation et à la numérisation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *