août 24, 2017

Le top départ est donné pour l’Agence du développement numérique

Le top départ est donné pour l’Agence du développement numérique

Elle viendra assurer l’harmonisation des différents projets publics liés au domaine des nouvelles technologies

Le projet de loi 61-16 portant création de l’Agence du développement numérique a été adopté à l’unanimité
par la Chambre des représentants.

Les opérateurs du secteur digital peuvent souffler un ouf de soulagement. Une des mesures urgentes tant attendues pour dynamiser le secteur se concrétise. Le projet de loi 61-16 portant création de l’Agence du développement numérique, l’instance ayant manqué à la première stratégie «Maroc Numeric 2013», a été adopté à l’unanimité mardi 1er août par la Chambre des représentants. Ce projet, qui prendra officiellement forme dès sa publication au Bulletin officiel, vient en effet rompre avec les anciens codes qui régissent le secteur. Un nouvel élan est insufflé à l’économie numérique qui joue un rôle transversal dans le développement des pays. C’est ce que confirme Saloua Karkri Belkziz.

La présidente de la Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (Apebi) n’a pas hésité à afficher sa joie quant à cette bonne nouvelle. «L’économie marocaine est incontestablement la solution adéquate pour le Maroc. C’est un vecteur de création d’emploi, d’amélioration des services aux citoyens, notamment en termes de santé et de l’enseignement. La création de l’agence viendra donner de l’espoir au secteur qui a beaucoup souffert les deux dernières années», explique Mme Karkri. En effet, l’optimisme vient effacer les longues années d’attente après l’échec de la stratégie Maroc Numeric 2013. Les opérateurs publics et privés ont travaillé d’arrache-pied pour définir une nouvelle vision du secteur. Une stratégie qui sera menée par la nouvelle entité, unique interlocuteur des acteurs.

L’Apebi a contribué activement à ce chantier en dressant une liste d’amendements dont une grande partie a été prise en considération par les instances concernées. «Nous avons tenu à ce que cette agence ait plus de pouvoir, garantisse l’homogénéité des projets IT et assure plus de transparence pour le secteur. Nous sommes contents que nos propositions ont été prises en considération. Tout dépendra maintenant de l’exécution», affirme la présidente de l’Apebi. Par ailleurs, Mme Karkri appelle à une révision à la hausse des objectifs du Plan Maroc Digital dont la mise en ligne de 50% des démarches administratives ou encore d’assurer la connectivité pour 20% PME-PMI.
Rappelons que l’agence se chargera de mettre en place des approches intégrées dans le domaine du développement numérique au Maroc, de mettre en œuvre les stratégies de l’Etat en la matière et de promouvoir la diffusion d’outils numériques et leur utilisation chez les citoyens. Sa création s’inscrit dans le cadre de la vision digitale définie pour le Maroc à l’horizon 2020.
Cette feuille de route a pour ambition de positionner le Maroc en tant que hub numérique en Afrique en réduisant de moitié la fracture numérique.

Objectifs de la stratégie digitale 2020

• Réduire de 50% la fracture numérique
A travers l’alphabétisation numérique et le développement d’une palette de services sociaux numériques couvrant quatre domaines critiques, à savoir la santé, l’éducation, la santé et l’inclusion financière;

• Mettre en ligne 50% des démarches administratives
A travers l’encouragement du e-gov avec une vingtaine de projets structurels dont 80% ayant pour vocation une transformation profonde des processus administratifs;

• Renforcer la connectivité des PME
A travers l’augmentation de 20% du taux de PME équipées d’une connexion. Le taux de croissance de l’offshoring devrait atteindre 5 à 10% par an;

• Positionner le Maroc en tant que 1er hub numérique d’Afrique
A travers le repositionnement stratégique vers le business process outsourcing d’Europe en changeant de la clientèle cible et la révision totale de l’approche promotionnelle du Maroc. La stimulation des activités de hub numérique pour l’Afrique francophone passe, quant à elle, par le développement de propositions de qualité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *