Les victimes de WannaCry et Petya ne pourront pas récupérer leurs données

Les victimes de WannaCry et Petya ne pourront pas récupérer leurs données

WannaCry n’est plus le seul virus à faire des ravages au niveau mondial. En effet, mardi 27 juin 2017, un nouveau virus du nom de Petya est apparu. En quelques heures, ce ransomware aurait touché plus de 300 000 ordinateurs.

Ce ransomware marche sur le même principe que le virus WannaCry qui avait sévi en mai, Petya prend le contrôle d’un ordinateur et demande en échange une somme d’argent en Bitcoins. Certaines personnes, désespérées de retrouver leurs données, ont déjà effectué le virement de 300 dollars. Pourtant, les victimes se voient aujourd’hui dans l’incapacité de récupérer leurs fichiers. Lorsque les victimes ont vu leurs ordinateurs infectés, ils ont reçu un email qui leur demandait de faire le virement puis de communiquer les données à une adresse email. Cette adresse email a été, entre temps, bloquée par le service allemand Posteo. Les victimes qui ont effectué le versement d’argent sont donc dans l’incapacité d’envoyer cet email et donc de récupérer leurs fichiers. En seulement quelques heures, qu’environ 20 personnes ont donné au total 5.000 dollars, soit 4.432 euros. Ces attaques sont une bonne occasion pour la plupart de gens d’adopter de bonnes habitudes.

De bonnes habitudes telle la mise à jour de vos systèmes d’exploitation dès que vous en êtes avertis. Sans les mises à jour, les systèmes d’exploitation commencent à avoir des failles que les cybercriminels n’ont aucun scrupule à exploiter. Mais si vous n’êtes pas du genre à apprécier les mises à jour, il ne vous reste plus qu’à sauvegarder vos données. En effet, cette méthode reste la plus efficace. Pour le bien de vos données et de votre compte bancaire, il est temps d’investir dans un disque dur externe. Si, encore une fois, cette solution n’est pas votre tasse de thé, il reste le Cloud.

Il y a l’embarras du choix. De nos jours, il existe toute sorte de logiciels de sauvegarde sur le marché, mais la plupart des suites de sécurité embarquent aussi une telle fonctionnalité que bien des utilisateurs ne prennent souvent pas le temps de mettre en œuvre. Pourtant leur activation et leur utilisation ne requièrent aucun effort ni aucune compétence. Le plus du Cloud est que vous vous simplifiez la vie et évitez les risques liés à une éventuelle panne du disque externe. En outre, la confidentialité des données est préservée puisque les informations sont chiffrées avant d’être envoyées au cloud, lui-même étant bien plus sécurisé que ne le sera jamais un disque externe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *