L’OMJD élève sa voix pour délier la langue de la VoIP

L’OMJD élève sa voix pour délier la langue de la VoIP

Le blocage de la VoIP fait toujours parler de lui. L’organisation marocaine des jeunes décideurs (OMJD) allie sa voix à ses pairs appelant au déblocage de la VoIP.

A cet effet, l’OMJD a adressé des lettres de plaidoyer à de hauts responsables marocains pour attirer leur attention quant à la nécessité de libéraliser l’accès aux appels via la VoIP. Ainsi, une lettre a été expédiée par voie postale au chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane et trois autres ont été déposées aux cabinets des présidents de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami et de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, ainsi que du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Dans ces lettres, l’OMJD revient sur la décision des trois opérateurs nationaux d’entraver le développement des services de la VoIP en bloquant les applications y afférentes, et demande la révision de l’article 2 de la loi n° 24-96 du 7 août 1997, relative à la poste et aux télécommunications sur laquelle l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) s’appuie pour justifier cette décision.

«L’OMJD démontre l’impact négatif qu’entraînerait une telle décision sur l’économie nationale, notamment la compétitivité des entreprises, particulièrement les petites et moyennes entreprises (95% du tissu entrepreneurial) et les entreprises opérant dans les services (offshoring, TIC, etc.)», détaille l’organisation. Pour information, chacune de ces lettres a été signée par environ 700 Marocaines et Marocains en provenance de toutes les régions du Royaume et de certains pays européens et de l’Amérique du Nord, ainsi que par des citoyens étrangers installés au Maroc. Cette action a été également l’occasion de transmettre des commentaires et messages rédigés par des jeunes citoyens marocains déplorant la décision des opérateurs. Pour rappel, l’OMJD, fondée en février 2014, est une organisation à but non lucratif qui vise à encadrer les jeunes universitaires et à renforcer leur place dans le processus de prise de décision.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *