Marché marocain des smartphones : Une envolée risquée

Marché marocain des smartphones :  Une envolée risquée

Les Marocains sont de plus en plus friands des smartphones. Leur utilisation ainsi que celle des tablettes au Maroc a augmenté de façon exponentielle. Lors de la première moitié de l’année 2013, leur usage a augmenté de 120% par rapport à la même période un an auparavant, a affirmé, jeudi à Casablanca, la directrice générale de la société d’études et de consulting IDC Afrique du nord (MEA IDC), Ouafa Khathir.

«Les prévisions de croissance pour l’ensemble de l’année 2013 devraient largement dépasser les 180%», a précisé Mme Khathir lors d’une conférence sur la mobilité des entreprises. «C’est plus qu’une explosion, c’est une anarchie que les directions des systèmes d’information (au sein des différentes entreprises) sont contraintes de gérer», a-t-elle martelé.

C’est donc une croissance qui s’accompagne avec différentes contraintes. Dans ce cadre, la responsable MEA IDC a signalé certaines difficultés auxquelles cette industrie est confrontée, notamment le manque de visibilité quant à la sécurité des données, vu que «toute l’entreprise se déplace avec le smartphone de ses collaborateurs», ce qui augmente le risque sur plusieurs plans, alors que les responsabilités ne sont pas clairement définies lors d’une perte desdites données.

Par ailleurs, «les personnes appartenant à la génération Y (actuellement âgées entre 15 et 30 ans), qui sont aujourd’hui les employés des entreprises, forment une génération mobile qui ne compte pas changer son mode de vie», a expliqué Mme Khathir, notant que «c’est aux entreprises de s’adapter à ce mode mobile afin d’améliorer la productivité et d’obtenir de meilleurs résultats».

Cette idée a été entérinée par le responsable de créations mobiles au sein de la société internationale d’informatique IBM, Christophe Jolif, qui a indiqué que 96% de la génération Y sont connectés sur un réseau social, ce qui amène les entreprises à «adopter une stratégie adaptée à cette réalité».
M. Jolif a recommandé, dans ce sens, la construction et le déploiement des applications multi-plateformes mobiles, surtout qu’internet «bascule du modèle classique d’ordinateurs vers un modèle généralisé sur l’ensemble des objets, y compris les voitures et les téléphones».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *