Radioscopie du Cloud Computing au Maroc

Radioscopie du Cloud Computing au Maroc

Va t-on au Cloud par choix ou par obligation ? Plusieurs entreprises appréhendent cette décision. Dans ce contexte, les défis pour les fournisseurs de Cloud sont alors multiples : assurer une performance adaptée et redonner confiance aux entreprises. Pour discuter de cette problématique, IBM vient de présenter sa vision pour le développement du Cloud Computing au Maroc en particulier et plus généralement en Afrique.

C’est Kawther Haciane, Global Technology Services Leader, IBM Afrique francophone, qui s’est chargée de répondre jeudi dernier à Casablanca à cette question de grande envergure et qui taraude plus d’un esprit.

Selon la responsable, l’Afrique émerge rapidement comme étant une zone clé pour les fournisseurs mondiaux leaders des technologies de l’information et de la communication. Elle a présenté les moyens à mettre en place pour que le Maroc ne se retrouve pas en retard sur le Cloud.  Avec le nombre croissant des organisations de la région qui se dirigent de plus en plus vers la technologie pour améliorer l’efficacité opérationnelle et permettre l’innovation, l’International Data Corporation (IDC) prévoit que le renforcement des dépenses TIC dans la région de l’Afrique francophone parviendra à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 5,6 % au cours de la période 2012-2016, un taux qui se compare favorablement avec les autres marchés émergents du monde.  Toujours d’après IDC, le marché de l’IT au Maroc progresserait de 10,3% en moyenne dans les 3 prochaines années, pour un total de 472 millions de dollars. Cette croissance devrait plus profiter aux nouvelles technologies, notamment le Cloud. La part du marché des services de base est en baisse, tandis que celle du marché des services plus avancés, y compris la sous-traitance du marché, les services gérés et les services de Datacenter, est en augmentation. Par conséquent, l’accent sera mis sur la réduction des coûts des technologies et services, y compris la virtualisation, les services gérés et les initiatives d’hébergement et de Cloud Computing.Parmi les secteurs qui vont tirer le marché IT figurent le secteur bancaire et les télécommunications, ainsi que les projets d’infrastructure du gouvernement. La mise en place effective du Cloud au Maroc passera donc par une stratégie nationale autour de l’IT et du Cloud.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *