Réseaux sociaux: Les banques participatives devraient s’y mettre…

Réseaux sociaux: Les banques participatives devraient s’y mettre…

Al Maali consulting et Boomerang communication ont gagné leur pari. La première édition des rencontres matinales initiée, récemment, autour de la finance islamique a connu un grand succès.

Plus d’une cinquantaine d’acteurs du secteur ont débattu des enjeux numériques de la nouvelle communauté des banques participatives. Les réseaux sociaux étaient au cœur du débat. Les participants se sont ainsi interrogés sur la possibilité des banques participatives de faire leur promotion sur ces nouveaux médias et ce en première étape de leur lancement sur le plan national.

Pour y réussir, les banques participatives sont appelées à capter les tendances et à comprendre les enjeux liés à une bonne appréhension et utilisation des réseaux sociaux. «Tous les nouveaux opérateurs devraient être sensibles au décalage entre deux terminologies qui définiront leur business. Nous parlerons officiellement de banque participative pour promouvoir la banque islamique. Il est donc clair que les réseaux sociaux auront un rôle important dans la vulgarisation du principe», a souligné dans ce sens Anis Benhlal, manager associé de Boomerang.
Du côté du cabinet Al Maali, Wail Aaminou, Managing partner, a affirmé que «dans un marché bancaire concurrentiel marqué par une forte attente des produits participatifs, la communication est, sans doute, l’un des principaux challenges à relever par les futures banques participatives marocaines».

Notons que c’est dans cette optique que Boomerang et Al Maali ont initié le cycle des Rencontres matinales. Le but étant de préparer l’entrée de la finance participative dans le paysage bancaire national et de définir les stratégies marketing appropriées pour bien tracer les nouvelles orientations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *