Sauvegarde des données: Un geste simple mais négligé

Sauvegarde des données: Un geste simple mais négligé

Cet article servira de piqûre de rappel pour tous les usagers d’ordinateurs qui ne prêtent pas une grande importance à la sauvegarde informatique. Ce sujet est d’une ampleur telle qu’une journée mondiale lui a été dédiée. Fêté jeudi dernier, cet événement vise à sensibiliser les particuliers et les entreprises à la sauvegarde régulière de leurs fichiers.


Aussi, rappelle-t-il les risques encourus en stockant ses données sur un seul appareil. Le collectif indépendant 614A, organisateur de cet événement, incite les utilisateurs d’ordinateurs, de smartphones et de tablettes à réaliser une deuxième copie de leurs fichiers personnels sur un autre support. Ce support peut être un disque dur externe, une clé USB ou un service d’hébergement en ligne, comme Google Drive ou Dropbox.

Perdre ses données n’arrive pas qu’aux autres, et on ne mesure souvent l’ampleur des dégâts qu’après coup. Une erreur de manipulation, une coupure de courant, une catastrophe naturelle, un vol, une perte… Ces imprévus peuvent faire disparaître en une seconde plusieurs années de travail, de photos et de documents personnels.

Les organisateurs de cette journée rappellent que 29% des pertes de données sont d’origine accidentelle et que 30% des internautes n’ont jamais réalisé de sauvegarde. Si pour les particuliers, les fichiers revêtent surtout une valeur sentimentale, ils représentent un intérêt économique pour les entreprises. D’où la nécessité de mettre en place un réseau informatique sécurisé.

«En cas de brèche de sécurité, une entreprise dont la sauvegarde des données est défaillante suite à une erreur humaine ne pourra pas compter sur les informations vitales du journal des événements pour savoir d’où provient une attaque ou un programme malveillant. Cela peut entraîner la perte de preuves capitales pour les audits, exposant ces entreprises à des sanctions ou litiges onéreux et inutiles», explique Kroll Ontrack, société spécialisée dans la récupération de données, sur leur site officiel.

Sauvegarder périodiquement ses données, c’est aussi garder une chance de les récupérer en cas d’attaque informatique. Les «ransomwares» (ou «rançongiciels»), en plein développement ces dernières années, ciblent précisément les données en les cryptant. Les auteurs de ces piratages réclament ensuite une rançon contre leur déblocage.

L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSII) n’a pas attendu la Journée mondiale de la sauvegarde informatique pour recommander, dans une note parue en février, «d’effectuer des sauvegardes saines et régulières des systèmes et des données (postes de travail, serveurs) puis de vérifier qu’elles se sont correctement déroulées».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *