Sécurité et intégrité des télécoms : Luxembourg cité en exemple

Sécurité et intégrité des télécoms : Luxembourg cité en exemple

Selon Bedreddine Benameur, «l’objectif de cet événement est de présenter et faire valoir l’approche luxembourgeoise relative à la régulation du secteur des télécoms marocain…»

Pour aider les opérateurs à se conformer aux recommandations européennes (Enisa standards), l’Institut luxembourgeois de régulation a développé une approche sectorielle des risques et élaboré avec le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) un référentiel de gestion des risques pour le secteur des télécommunications. L’approche luxembourgeoise, entre autres, pourrait être inspirée afin de développer les modèles adaptés au contexte marocain.

Dans ce sens, l’Institut national des postes et télécommunications (INPT), en collaboration avec le LIST, a organisé hier à Rabat un workshop pour la présentation des méthodes et techniques nouvelles et mettre en exergue l’évolution de la «Sécurité et intégrité des télécoms». Cette rencontre scientifique de deux jours comprend des conférences portant notamment sur les travaux de recherches menés dans ce secteur. Selon Ahmed Tamtaoui, directeur du Centre d’études doctorales télécoms et technologies de l’information (Cedoc) à l’INPT, «la stratégie luxembourgeoise a permis, depuis plusieurs années, de fortement investir dans les infrastructures de télécommunications électroniques et faire évoluer sa régulation en la matière.

L’objectif consiste donc à mieux connaître les travaux initiés au niveau national et discuter des attentes des scientifiques (enseignants-chercheurs et doctorants) qui s’intéressent de plus en plus au sujet de ce workshop sous le thème «Sécurité et intégrité des télécoms : modèles régulatoires et gestion des risques».  De son côté, Bedreddine Benameur, directeur de l’INPT, souligne que «l’objectif de cet événement est de présenter et faire valoir l’approche luxembourgeoise relative à la régulation du secteur des télécoms marocain  ainsi qu’à la gestion des risques qui y sont liés, dans une perspective visant à améliorer la maturité des opérateurs dans la gestion de leurs risques, à faciliter la gouvernance et la régulation de leur secteur et éventuellement tendre vers les meilleures pratiques internationales». Pour sa part, Jean-Pol Michel, Lead Partnership Officer, indique qu’«il y a un très haut niveau de compétence à l’INPT, je crois que nous pourrons mener beaucoup de travaux ensemble.

Ce workshop nous a facilité la tâche d’entamer des discussions à l’étude de la transposition de l’approche luxembourgeoise au Maroc via des projets de collaboration et l’identification des challenges de recherche et développement et nous sommes presque sur la même longueur d’onde. Je ne peux pas nier que lors de cet évènement, il y avait un échange très positif pour introduire et débattre de cette question». En effet, des interventions de spécialistes ont eu lieu pour introduire la gestion des risques dans le cadre du système régulatoire européen en matière de sécurité et intégrité des réseaux et son application au niveau du Luxembourg.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *