Six mois fermes sous bracelet électronique pour un hacker

Six mois fermes sous bracelet électronique pour un hacker

Il avait créé le code malveillant en une heure. Ce geste lui coûte un an d’emprisonnement, dont six mois fermes à purger sous bracelet électronique. Dylan a été condamné par le tribunal correctionnel d’Amiens pour avoir confectionné des applications Android vérolées ayant affecté au moins 17.000 smartphones, pour un préjudice estimé à 500.000 d’euros. Le jeune homme, qui fait de la programmation depuis l’âge de 9 ans, dit avoir eu l’idée de cette arnaque un soir d’octobre 2011, alors qu’il regardait la télévision. Le processus était simple. Le hacker s’est penché sur les plates-formes illégales de téléchargement d’applications pour téléphones Android. Il a sélectionné les plus populaires et instillé à l’intérieur un code qui envoyait automatiquement 30 SMS surtaxés à 4,50 euros. En retour, le téléphone de la victime recevait un code, que Dylan interceptait. Avec ce dernier, il pouvait jouer à des loteries sur Internet. Le jeune homme affirme avoir gagné ainsi 4.000 euros, qu’il a dépensés en matériel informatique et jeux vidéo. Le hacker est décrit par l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information (OCLCTIC) comme «un petit génie (150QI)  de l’informatique qui a mis au point un virus presque unique en France, au potentiel de nuisance exponentiel». À l’heure actuelle, les applications vérolées de Dylan continuent de circuler sur Internet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *