Smartphone et productivité: Quand la technologie rend moins efficace au travail

Smartphone et productivité: Quand la technologie rend moins efficace au travail

L’intelligence humaine a certes bénéficié du développement de la technologie, mais celle-ci pourrait bien lui jouer des tours. En prenant l’exemple des smartphones, sachez qu’il a été prouvé que l’étroite proximité que nous créons avec eux ne nous rend pas autant service qu’on le croit.

Selon une nouvelle expérience psychologique menée par les universités de Würzburg et de Nottingham Trent à la demande de Kaspersky Lab, les smartphones rendent l’usager moins productif au bureau. Cette expérience a permis de faire ressortir une corrélation entre les niveaux de productivité et la distance entre les participants et leur smartphone. Privés de leur smartphone, ceux-ci ont vu leurs performances s’améliorer de 26 %. Cette expérience a testé le comportement de 95 personnes âgées de 19 à 56 ans, dans des laboratoires des universités de Würzburg et Nottingham-Trent, en prenant soin de maintenir l’équilibre des conditions d’expérimentation et des sexes au sein de l’échantillon entre les laboratoires. Les chercheurs ont demandé aux participants de se livrer à un test de concentration dans quatre circonstances différentes :  avec leur smartphone dans la poche, posé sur leur bureau, enfermé dans un tiroir et totalement retiré de la pièce.

Les résultats des tests de concentration sont parlants: ils ont été les plus faibles lorsque le smartphone se trouvait sur le bureau. Chaque éloignement supplémentaire entre l’appareil et son propriétaire a eu pour effet d’améliorer les performances. Globalement, les résultats ont été 26% meilleurs une fois les téléphones mobiles sortis de la pièce. Même si l’absence de smartphone n’a généré aucun stress chez les participants, il est important de souligner que les femmes se montrent naturellement plus anxieuses que les hommes au quotidien.

Cette observation a permis aux chercheurs de conclure que les smartphones (ou leur absence) sont sans incidence sur le niveau d’anxiété au travail, mais qu’il peut varier entre les hommes et les femmes. «Des études précédentes ont montré que, d’un côté, le fait d’être séparé de son smartphone a des effets négatifs sur le plan émotionnel, par exemple un regain d’anxiété, mais aussi que, d’un autre côté, le smartphone peut être une source de distraction lorsqu’il est présent. En d’autres termes, aussi bien l’absence que la présence d’un smartphone peuvent nuire à la concentration», observe Jens Binder de l’Université de Nottingham Trent. «En résumé, les résultats de notre étude indiquent que c’est l’absence du smartphone, plutôt que sa présence, qui améliore la concentration», conclut Astrid Carolus de l’Université de Würzburg.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *