1,2 milliard de dirhams investis en Afrique en 2013

1,2 milliard  de dirhams  investis en Afrique en 2013

Le Maroc réalise l’essentiel de ses investissements à l’étranger en Afrique. Une conclusion qui vient d’être tirée par l’Office des changes, témoignant ainsi du positionnement privilégié du Royaume sur ce continent. Les investissements du Maroc en Afrique battent leur plein.

Une dynamique qui date d’une décennie et qui reste favorisée par la libéralisation progressive de la réglementation des changes fixant le seuil d’investissement aux résidant marocains en Afrique à 100 millions de dirhams.

Après un record enregistré en 2010, les investissements directs marocains en Afrique seraient en 2013 de 1,2 milliard de dirhams, soit une part de 44,1% du total des investissements directs marocains à l’étranger (IDE).

Se référant aux données provisoires de l’Office des changes, les niveaux les plus élevés de cette part ont été observés en 2009 (79,4%) et 2010 (92,2%). Les investissements directs marocains en Afrique subsaharienne se sont élevés pour leur part à 1,15 milliard de dirhams en 2013, accaparant une large part des investissements engagés en Afrique, soit une moyenne de 97,8%.

La Tunisie, où les Marocains ont réalisé en 2013 un investissement de l’ordre de 25,9 millions de dirhams, s’est vue attribuer la part restante. D’après ce constat, l’Afrique subsaharienne séduit près de 40% des investisseurs marocains éparpillés dans le monde. La Côte d’Ivoire est la première destination prisée par les Marocains, détrônant ainsi le Cameroun et le Mali.

La ventilation observée entre 2012 et 2013 démontre sur le sol ivoirien des parts respectives de 52,1 et 36,7% des investissements directs marocains en Afrique. Le montant d’investissement a basculé dans ce sens de 899,5 millions de dirhams en 2012 à 434,8 millions de dirhams en 2013. Le Togo qui autrefois était quasi absent de la carte des investisseurs marocains en Afrique, a drainé, quant à lui, un investissement de 323,3 millions de dirhams en 2013.

Par répartition sectorielle, le secteur bancaire et celui des télécommunications sont les plus présents sur la fiche d’investissement marocain en Afrique. Une présence qui s’est consolidée depuis les cinq dernières années. Le secteur bancaire reste incontestablement le pôle le plus dominant remportant une part de 56,3 % en 2013, marquant ainsi un retrait par rapport aux niveaux observés en 2012 (75,3 %) et 2011 (65,3%).

La valeur des investissements générés au titre de l’année 2013 sur ce segment se situerait autour de 666,1 millions de dirhams contre 1,3 milliard de dirhams en 2012. Le secteur de l’immobilier a par ailleurs pris de l’ampleur. Ses parts sont passées de 7,5% en 2012 à 19,6% en 2013 et ce sur l’ensemble des investissements marocains directs en Afrique. Les promoteurs marocains ont totalisé en 2013 un investissement de 232 millions de dirhams sur l’ensemble du continent , une valeur réalisée entièrement en Afrique subsaharienne.

Même constat pour les assurances dont les investissements ne cessent de s’accroître en Afrique affichant une contribution de 150,2 millions de dirhams par les investisseurs marocains.

Mali, Côte d’Ivoire et Gabon: Une part de 59 % du stock africain en 2012

8,5 milliards DH, tel est le stock des investissements directs marocains réalisés en Afrique en 2012. Un niveau qui s’est inscrit en progression de 3,7% contre une hausse de 5% en 2011. La part de ce stock dans le total des investissements directs marocains à l’étranger s’élève à 46,8%. Une part qui, selon l’Office des changes, reste relativement stable d’une année à l’autre. Le niveau enregistré au Mali représente près de 10% du stock détenu sur l’ensemble des investissements marocains en Afrique. Suivi donc de la Côte d’Ivoire et du Gabon. «L’encours de ces trois pays représente 58,8% du stock des investissements directs marocains en Afrique», souligne l’Office des changes. Le stock d’investissements marocains dans le secteur bancaire a réalisé en 2012 un encours de 4,3 milliards DH, soit 50,6%, au moment où le secteur des télécommunications a généré 2,1 milliards DH et les cimenteries 0,8 million DH.

Bénéfices : Près de 903,5 MDH réinvestis en 2012

Les dividendes rapatriés en provenance des pays de l’Afrique subsaharienne se situent en 2012 à 1,3 milliard de dirhams. Ces derniers ont concerné principalement le secteur des télécommunications et le secteur bancaire. Par pays, les dividendes rapatriés proviennent du Mali à hauteur de 25,4%, à 335,8 millions de dirhams. «Ce montant rapporté au stock d’investissements directs au Mali représente 15,3%», relève-t-on de l’Office des changes. Et d’ajouter que «le Burkina Faso intervient pour 162 millions de dirhams, soit 24,2% du stock d’investissements dans ce pays et le Congo pour 147,3 millions, soit 38,8% de son stock». L’Office des changes indique par ailleurs qu’une partie des revenus dégagés par les investissements directs réalisés en Afrique a été réinvestie sur place. Les bénéfices réinvestis en 2012 totalisent 903,5 millions de dirhams, en forte augmentation par rapport à 2011 où ils se sont situés à 354,9 millions de dirhams. Les dividendes rapatriés et les bénéfices réinvestis au titre de l’année 2012 rapportés au stock d’investissement dans ces pays représentent 16% pour le Mali, 8,8% pour la Côte d’Ivoire et 7,7% pour le Gabon.

 

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *