Accord pour un Cessez-le-feu à Gaza

Accord pour un Cessez-le-feu à Gaza

L’armée israélienne a retiré toutes ses troupes de la bande de Gaza à la suite de l’accord intervenu samedi soir sur un cessez-le-feu entre Israël et l’Autorité palestinienne, a annoncé dimanche matin une porte-parole de l’armée. Les troupes israéliennes qui étaient déployées notamment dans le nord de la bande de Gaza pour tenter d’empêcher les tirs de roquettes palestiniennes vers le sud d’Israël "se sont retirées", a affirmé la porte-parole. Cependant deux roquettes tirées par des Palestiniens depuis la bande de Gaza ont explosé dans la ville israélienne de Sdérot deux heures après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu dimanche, a annoncé la radio militaire israélienne. Elles n’ont fait ni victime ni dégât, a ajouté la radio. Les Etats-Unis ont aussitôt salué l’annonce de ce cessez-le feu, y voyant "un pas en avant positif vers la paix".
«Le président Mahmoud Abbas et le Premier ministre Ismaïl Haniyeh se sont mis d’accord avec toutes les factions sur une accalmie et un arrêt des tirs de roquettes (contre Israël) qui débutera demain dimanche à 06h00» (04h00 GMT), a affirmé le porte-parole de la présidence palestinienne Nabil Abou Roudeina lors d’une conférence de presse à Gaza.
Cette annonce est intervenue après d’intenses tractations au cours des derniers jours entre les groupes armés palestiniens et les dirigeants des mouvements politiques.
«Il y a eu un entretien téléphonique entre le Premier ministre israélien Ehud Olmert et Abbas, qui l’a informé de la volonté des factions» à cesser les tirs, a souligné M. Roudeina.
«Ehud Olmert est d’accord pour mettre fin à toutes les opérations militaires et commencer le retrait de la bande de Gaza dans le même temps», a-t-il ajouté.
Israël a dans la foulée confirmé qu’il répondrait "favorablement" à l’arrêt des tirs depuis la bande de Gaza, après avoir dans un premier temps rejeté l’offre palestinienne, exigeant un arrêt de toutes les attaques palestiniennes et pas seulement les tirs de roquettes.
«Le Premier ministre a parlé avec des ministres israéliens de haut rang et des responsables de la sécurité et a informé M. Abbas qu’Israël répondrait favorablement» à l’arrêt des tirs, a affirmé le bureau de M. Olmert.
Selon un communiqué de la présidence du Conseil, le président Abbas a assuré M. Olmert que «toutes les factions palestiniennes s’étaient engagées à respecter cet accord et demandaient en échange qu’Israël arrête toutes ses opérations militaires dans la bande de Gaza, et qu’il retire toutes ses troupes de ce territoire».
Des milliers de roquettes artisanales fabriquées dans la bande de Gaza se sont abattues sur le sud d’Israël, notamment à Sdérot, après le début de l’Intifada en septembre 2000, faisant 10 morts israéliens et provoquant des représailles meurtrières de l’armée israélienne.
Plus de 400 Palestiniens ont été tués depuis le 28 juin et le lancement, à la suite de la capture d’un soldat israélien, de vastes opérations dans le territoire palestinien pour tenter de stopper ces tirs. MM. Olmert et Abbas se sont en outre engagés à poursuivre le dialogue en vue d’un arrêt complet des violences entre Israéliens et Palestiniens, a conclu le communiqué. «Au cours des prochains jours, les factions palestiniennes vont entamer un dialogue en vue d’une trêve générale avec Israël», a de son côté souligné M. Roudeina. M. Haniyeh avait appelé vendredi Israël à "prendre au sérieux" la proposition des factions palestiniennes de mettre fin aux tirs de roquettes.

Adel Zaanoun (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *