Actes haineux : Les musulmans toujours ciblés au Canada

Actes haineux : Les musulmans toujours ciblés au Canada

Des croix gammées sur les murs de la mosquée, tête de porc ensanglantée à la porte du bâtiment, un colis avec un Coran déchiqueté et une photo dénigrante, des excréments jetés également devant la porte de la mosquée, sont autant d’actes de haine qui ont été exprimés à l’encontre du Centre islamique.

«Assez, c’est assez!». Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) dénonce encore une fois un acte de haine à son encontre. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, il y a tout juste quelques jours, les membres de l’entité racontent à travers un communiqué qu’un tract diffamatoire provenant d’un groupuscule a circulé dans le quartier de la grande mosquée de Québec. Il traitait le centre de «tous les maux de la planète», indiquent-ils. Quand on sait le grand nombre d’attaques ces derniers mois dont a fait l’objet cette structure, on ne peut que qualifier cela d’acharnement et de très inquiétant. Des croix gammées sur les murs de la mosquée, tête de porc ensanglantée à la porte du bâtiment, un colis avec un Coran déchiqueté et une photo dénigrante, des excréments jetés également devant la porte de la mosquée, sont autant d’actes de haine qui ont été exprimés à l’encontre du Centre islamique. Ceci sans oublier la voiture incendiée du président du CCIQ devant son domicile et plusieurs courriels et d’insultes de haine, rapporte le communiqué du CCIQ. Cette multiplication de gestes de haine souligne bien que l’attentat du 29 janvier dernier ne serait point un acte de haine isolé dans la localité. Rappelons que lors de ce terrible drame, six citoyens musulmans ont été tués de sang-froid par un terroriste.

Le bilan de cette horreur compte aussi cinq blessés graves, dont un aujourd’hui paraplégique. A ceci s’ajoute le choc psychologique que vit une vingtaine de rescapés et particulièrement une fillette de six ans qui a assisté à l’assassinat des six musulmans et vu son père tomber sous les balles, est-il indiqué. Difficile pour les familles victimes de faire leur deuil dans ce contexte actuel. Pas aisé aussi pour la communauté musulmane de taire les inquiétudes face à la multiplication des messages de haine exprimés à travers tous ces gestes, qui persécutent le Centre culturel islamique de Québec et sa communauté. Le malaise est d’autant plus présent en ce moment que l’affaire de la grande tuerie de janvier dernier est encore devant la justice. Alexandre Bissonnette, l’auteur présumé de ce crime, a comparu vendredi dernier pour la cinquième fois au Palais de justice de Québec.

L’affaire a été reportée au 2 octobre prochain pour que le procureur de la Couronne puisse achever l’étape de divulgation de la preuve, est-il indiqué. Le vice-président du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, qui a assisté à la comparution, a confié à la presse locale que les familles victimes de cette tragédie sont fatiguées par cette attente et qu’il est important que la procédure judiciaire finisse pour qu’elles puissent passer à autre chose. En attendant, l’inquiétude persiste. La multiplication d’actes de haine à l’encontre du Centre culturel islamique tend à confirmer la recrudescence du phénomène de crimes de haine que rapportent les données de Statistique Canada. Pour rappel, les chiffres publiés en juin dernier par l’organisme ont mis en exergue que les crimes haineux ont bondi de 5% en 2015 au Canada, particulièrement en raison de gestes visant les musulmans et les arabes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *