Affaire Eric Laurent et Catherine Graciet: mise en délibéré le 26 janvier prochain

Affaire Eric Laurent et Catherine Graciet: mise en délibéré le 26 janvier prochain

C’est ce qu’a décidé la Cour d'Appel de Paris a décidé mardi 15 décembre 2015.

Dans une déclaration à l'issue d'une audience à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, l'avocat du Royaume Eric Dupond-Moretti a souligné que «les avocats des pseudos journalistes ont développé l'idée selon laquelle la présence du procureur de la république de Paris, de deux juges d'instruction et de la police était illégale », notant que la partie marocaine considère que leur présence est «extrêmement rassurante quant à la procédure».

«Nous avons développé l'idée que c'était très surprenant de critiquer la présence du Parquet de Paris et que pour la partie marocaine, c'était le gage de notre totale et parfaite bonne foi», a expliqué Me Dupond-Moretti.

Le procureur général près la cour d'appel de Paris a demandé à ce que cette requête singulière soit définitivement rejetée, a-t-il fait savoir, relevant que «nous sommes extrêmement confiants quant aux suites qui seront données à cette requête».

Il a également indiqué que les avocats des deux journalistes français ont demandé l'annulation des enregistrements, notant qu'ils sont «extrêmement gênés» par ces enregistrements.

«Leurs clients ont reconnu ces enregistrements, ils ne les ont pas contestés et ont reconnu les faits et aujourd'hui ils aimeraient que tout ça disparaisse comme par magie», a-t-il fait remarquer, rappelant que 40.000 euros ont été trouvés dans leurs poches.

«Aucun bidouillage n'est intervenu, les faits sont têtus», a-t-il insisté, notant qu' «il est temps que ceux qui ont fait ça soient punis».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *