Affaire Kelly: Geoff Hoon et Alastair Campbell de nouveau sur le grill

Le ministre de la Défense Geoff Hoon a joué son va-tout lundi en repassant sur le grill de la commission d’enquête sur le suicide de l’expert en armement David Kelly mais, pour de nombreux analystes, son avenir politique est sérieusement compromis. L’ex-directeur de la communication de Downing Street, Alastair Campbell, grand spécialiste de la manipulation, bête noire des médias britanniques et éminence grise de Tony Blair, devait comparaître lui aussi pour la deuxième fois lundi devant le juge Brian Hutton. Contrairement à leur première audition, ils devaient cette fois faire également face aux questions croisées et sans complaisance des avocats de la famille Kelly et de la BBC, aux côtés du juge Hutton et de ses assesseurs. L’avocat des familles, Jeremy Gompertz, a dès le 16 septembre sonné le glas des auditions consensuelles qui avaient marqué la première phase de l’enquête en août. Il a clairement accusé le ministère de la Défense (MoD) d’avoir « joué à la roulette russe » avec le scientifique. M. Hoon, qui, selon la presse, devrait servir de fusible une fois l’enquête close, devait encore une fois s’expliquer sur la stratégie qui a mené à la divulgation du nom de M. Kelly, rattaché au MoD. La veuve de l’expert en armements, David Kelly était notamment un grand spécialiste de l’Irak, avait indiqué comment son mari s’était senti « trahi » par son ministère, qui lui aurait donné dans un premier temps l’assurance que son nom ne serait pas rendu public. Le corps du microbiologiste avait été retrouvé le 18 juillet, les veines d’un poignet tailladées, une semaine après la divulgation de son nom dans la presse à l’initiative du MoD, son employeur. David Kelly était la source principale d’un reportage de la BBC qui avait accusé le gouvernement de Tony Blair d’avoir « gonflé » la menace posée par les armes irakiennes dans un dossier très controversé, publié en septembre 2002. Alastair Campbell, le « spinmeister » (maître de la manipulation) de Tony Blair, a démissionné le 29 août. Il devrait pour sa part s’expliquer sur plusieurs modifications qu’il avait suggérées sur la rédaction de ce dossier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *