Afghanistan : Khost, théâtre de rivalités tribales

Lundi, les combats ont repris de façon intense après que le chef de guerre Zadran ait juré de reprendre la ville de Khost, dans l’Est du pays. «Zadran dirige les combats, il a lancé une contre-offensive», a déclaré son conseiller Ghamai Khan Mohammad Yar. «Je ne connais pas le nombre de victimes, mais je pense qu’il y en a étant donné que les combats sont très, très violents», a-t-il ajouté.
Des combattants fidèles au gouverneur de la province de Paktia, Hakim Taniwal, avaient attaqué dimanche les positions de Zadran après avoir entendu sur les ondes d’une radio locale une information erronée selon laquelle le chef de guerre avait été arrêté par les forces américaines.
Zadran s’était allié aux Etats-Unis dans leur traque des combattants Taliban et d’Al-Qaïda après les attentats du 11 septembre. Mais, le mois dernier, Kaboul avait décidé de prendre des mesures contre lui parce qu’il avait organisé des manifestations de rue à Khost contre le gouvernement central. Le chef de guerre, qui avait été limogé du poste de gouverneur de la province de Paktia en février, avait déjà lancé en mai des attaques contre Gardez, où une trentaine de personnes avaient été tuées par des tirs de roquettes.
Les forces du chef de guerre déchu ont aussi été repoussées à l’issue de violents combats survenus tout au long du week-end. L’agence Afghan Islamic Press, basée au Pakistan, indiquait d’ailleurs qu’au moins 15 personnes – combattants et civils – avaient été tuées dans la seule journée de dimanche, combats qui auraient aussi fait une cinquantaine de blessés. Khost est située dans une zone très stratégique, à 220km à de Kaboul, près de la frontière avec le Pakistan, où opèrent encore les troupes de la coalition menée par les Etats-Unis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *