AL-Qaêda annonce avoir exécuté les deux diplomates algériens (site)

Le groupe du chef d’Al-Qaëda en Irak Abou Moussab al-Zarqaoui a annoncé mercredi sur l’internet avoir exécuté les deux diplomates algériens qu’il avait enlevés le 21 juillet à Bagdad.

"Vos frères dans la branche militaire de l’Organisation Al-Qaëda en Mésopotamie (Irak) ont procédé mercredi 27 juillet à l’application du verdict du tribunal islamique", indique un communiqué mis en ligne sur un site islamiste et dont l’authenticité ne peut être établie.

"Le président de la mission diplomatique algérienne Ali Belaroussi et l’attaché diplomatique Azzedine Belkadi ont été ainsi tués", poursuit le texte. L’Organisation Al-Qaëda en Mésopotamie, le groupe de Zarqaoui, avait annoncé la veille sur l’internet que "son tribunal islamique" avait condamné à mort les deux diplomates algériens.

Le groupe justifie l’assassinat des deux hommes par la non-application par l’Algérie de la charia, "le soutien aux juifs et aux chrétiens" en Irak et "l’effusion du sang des musulmans" en Algérie.

"Ce sont deux émissaires de l’Etat algérien, qui n’applique pas la charia et qui s’est allié aux juifs et aux chrétiens. Il les a envoyés pour soutenir les bases des juifs et des chrétiens en Mésopotamie", ajoute le texte.

En outre, ajoute le groupe, "nous n’oublierons jamais l’effusion du sang des musulmans, les meurtres et les destructions" en Algérie, en référence aux affrontements particulièrement sanglants ayant opposé les forces de sécurité algériennes et les groupes islamistes radicaux dans ce pays.

Le communiqué affirme que Azzedine Belkadi était membre des services de renseignement algérien, promu "du titre de lieutenant à celui de capitaine".

Il est également accusé d’"avoir participé aux massacres de Raës et Bentalha, qui ont fait des centaines des victimes parmi les enfants du peuple musulman algérien et qui ont été alors attribués aux moujahidine".

Les massacres de Raës et Bentalha, près d’Alger, avaient fait des centaines de morts en 1998. Les islamistes ont souvent accusé les services secrets algériens d’avoir commandité ces massacres en les leur imputant pour salir leur image auprès des Algériens.

A la veille de leur exécution, le groupe a mis en ligne une courte vidéo montrant les deux hommes, les yeux bandés, en train de décliner leur identité et d’autres détails personnels.

Le groupe de Zarqaoui avait déjà annoncé avoir assassiné le chargé d’affaires égyptien à Bagdad Ihab al-Chérif, enlevé le 2 juillet à Bagdad. Les autorités égyptiennes estiment qu’Ihab al-Charif a été tué, même si son corps n’a pas encore été retrouvé.

Ali Belaroussi, 62 ans, en fin de séjour à Bagdad avant sa retraite, et Azzedine Belkadi, 47 ans, affecté en Irak une semaine auparavant, avaient été enlevés par des hommes armés alors qu’ils se trouvaient en voiture à environ 100 mètres de l’ambassade d’Algérie à Bagdad.

Un haut responsable du ministère irakien de l’Intérieur a indiqué lundi à Bagdad que deux suspects liés au rapt des deux diplomates avaient été arrêtés récemment et qu’ils étaient actuellement interrogés.

Le dernier des diplomates algériens encore en poste à Bagdad après l’enlèvement, Bachir Belhadj, était en voie de rapatriement vers l’Algérie lundi, de même que l’épouse de Ali Belaroussi, a annoncé l’agence de presse algérienne APS.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *