Al-Qaïda fait de la résistance

De violents combats se sont encore poursuivis ce lundi « de manière continue » dans l’Est du pays, les forces afghanes et américaines ayant décidé de venir à bout des dernières poches de résistance islamiste.
Ces hommes – des Taliban et des membres du réseau Al-Qaïda – réfugiés dans les montagnes d’Arma, résistent pourtant mieux que leurs assaillants ne l’avaient présagé. D’où l’ampleur des bombardements et la violence des attaques. «Je pense que la nuit dernière se sont déroulés les combats les plus violents, aussi bien au sol que dans les airs», depuis le début de l’opération samedi, a ainsi souligné ce lundi le gouverneur du Paktia, Taj Mohammad Wardak, précisant qu’il est en contact avec des officiers américains qui le tiennent informé des opérations en cours dans les montagnes d’Arma, à une quarantaine de kilomètres de Gardez.
Le gouverneur a par ailleurs affirmé avoir « entendu dire » que le chef du réseau Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, se trouvait lui aussi dans le secteur. «Mais je ne suis pas sûr. Ce n’est pas confirmé», a-t-il ajouté avant d’assurer que «nous saurons tout dans deux ou trois jours». Si l’instigateur présumé des attentats du 11 septembre, et le chef des Taliban, le mollah Mohammad Omar, restent introuvables malgré la traque dont ils font l’objet, les Américains découvrent de plus en plus de foyers de résistance. Celui des montagnes d’Arma semble d’ailleurs plus important qu’ils ne le pensaient, et le gouverneur du Paktia pense également que pourraient s’y trouver de «hauts dirigeants d’Al-Qaïda». «Les hommes d’Al-Qaïda ne sont pas en position de lancer une contre-attaque, mais dès que les troupes afghano-américaines s’approchent, ils ouvrent le feu depuis les cavernes. Plus le cordon se resserre autour d’eux, plus la résistance augmente», a-t-il expliqué.
Les forces américaines avaient déclenché samedi ces bombardements sur les montagnes d’Arma, parallèlement à une attaque terrestre menée par des forces locales afghanes appuyées par des soldats de la coalition internationale anti-terroriste, pour éliminer une poche de résistance d’Al-Qaïda et des Taliban. Le nombre de ces combattants avait alors été évalué à quelque centaines par Washington, mais il pourrait dépasser les 2.000, selon des responsables locaux afghans. Depuis, des avions de combat américains opèrent des raids intenses et pilonnent toute la région.
Les forces afghanes ont quant à elles installé des postes de contrôle sur les routes menant de la zone des combats, dans la province du Paktia, vers la frontière avec le Pakistan, distante de quelque dizaines de kilomètres, pour empêcher les combattants d’Al-Qaïda de s’échapper. Au moins 150 hommes entraînés ont été déployés sur ces postes de contrôle. Islamabad a également décidé lundi de déployer ses troupes sur une centaine de kilomètres, le long de sa frontière avec l’Afghanistan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *