Algérie : violentes émeutes à Zeralda après le meurtre d’un jeune homme dans les locaux de la police

A l’origine, ce jeune homme, réveillé dans la nuit par un coup de fil, était  sorti de chez lui, et armé d’un couteau "ou d’une hache", s’était dirigé vers le commissariat, où il avait blessé deux policiers. En riposte, un des policiers avait ouvert le feu contre le jeune homme, le tuant sur le coup, selon les différentes versions de la presse algérienne. Le quotidien +El Watan+  met l’acte du policier au compte d’une bavure. La victime suspectait un des policiers de flirter avec sa fiancée.

La ville était le théâtre d’affrontements sporadiques entre les forces de sécurité et des groupes de jeunes. Cinq policiers avaient été blessés. "Les émeutiers ont pu repousser une charge des forces anti-émeutes et certains jeunes se sont hissés sur la tourelle d’un blindé léger de la police, abandonné  par ses occupants avant de tenter d’y mettre le feu", écrit le journal +El Watan+.

Les émeutiers ont incendié la voiture du président de la commune, tenté d’investir une boite de nuit, réussissant même à s’introduire dans la villa du Wali délégué, près de la Daira, avant de vider la demeure d’une partie de son mobilier.

Le centre ville ressemblait hier à un véritable champ de bataille, écrit pour sa part, le quotidien +Liberté+. "Des pierres, des poteaux arrachés, des madriers, des troncs d’arbre jonchaient cette rue, alors que des éléments de la  protection civile s’attelaient encore à éteindre les derniers petits foyers de feu de l’édifice qui abrite une banque locale", ajoute le journal.

La ville avait vécu, pendant plus de deux heures, au rythme des jets de pierre et de colère, note le journal. Ces émeutes ont fait, selon un premier bilan, une dizaine de blessés dont sept policiers -18 blessés, selon un membre  des services de sécurité, qui a gardé l’anonymat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *