Ali Benflis qualifie « d’écran de fumée » la révision constitutionnelle promise depuis 2011

Ali Benflis qualifie « d’écran de fumée » la révision constitutionnelle promise depuis 2011

L'ancien Premier ministre algérien, Ali Benflis, a qualifié "d'écran de fumée" la révision constitutionnelle promise, depuis 2011, par le président Abdelaziz Bouteflika, qui vient de déterrer ce projet à l'occasion d'une rencontre africaine à Alger. "C'est un écran de fumée et un moyen de diversion pour contourner la pression populaire et la revendication incessante de l'opposition de consacrer l'alternance", a précisé Ali Benflis, au cours d'une rencontre tenue samedi, 29 novembre 2014, à Oran.

Le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle, cité par les médias locaux, accuse le pouvoir de "chercher à gagner du temps" et de "vouloir confectionner une nouvelle Constitution à sa mesure, le but étant de perdurer éternellement au pouvoir". "Cette démarche ne s'explique que par le réel objectif du système politique d'améliorer son image à l'endroit de l'opinion officielle étrangère », ajoute Ali Benflis.

Ce dernier, qui a été chef de cabinet du président Bouteflika, s'est montré très acerbe envers le régime algérien: "Le système basé sur la personnalisation du pouvoir est obsédé par une seule chose: se perpétuer quitte à maintenir le statu quo. C'est un pouvoir autoritaire, clanique, héréditaire et clientéliste et qui n'accepte aucune voix discordante".

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *