Allemagne : un tollé chez les conservateurs contre une ministre musulmane

Allemagne : un tollé chez les conservateurs contre une ministre musulmane

Une future ministre régionale allemande, qui sera la première femme d’origine turque à un tel poste, a provoqué un tollé dans son propre parti CDU (conservateur) en prônant lundi le retrait des crucifix des écoles publiques. «Les symboles chrétiens n’ont pas leur place dans les écoles publiques», a déclaré Aygul Özkan, future ministre des Affaires sociales de l’Etat régional de Basse-Saxe (centre), dans un entretien paru dans l’hebdomadaire Focus. «L’école doit être un lieu neutre», a-t-elle ajouté, précisant que le voile n’avait «rien à faire» non plus dans une salle de classe. Mme Özkan, 38 ans, doit devenir mardi la première ministre d’origine turque en Allemagne. «Les symboles religieux, en particulier la croix, sont considérés par l’exécutif régional comme le signe d’une éducation empreinte de tolérance, sur fond de valeurs chrétiennes», a réagi le ministre-président de Basse-Saxe, Christian Wulff. D’autres réactions ont été beaucoup plus virulentes. Le responsable des questions d’intégration du groupe parlementaire des Unions chrétiennes, Stefan Moller, issu de la CSU, la frange bavaroise et conservatrice de la CDU, a qualifié les positions de Mme Özkan de «tellement aberrantes que c’en est effrayant». «Des responsables politiques qui voudraient bannir les crucifix des écoles devraient réfléchir s’ils ont vraiment leur place dans un parti chrétien-démocrate», a-t-il ajouté. Le «cercle des chrétiens engagés» du parti de la chancelière Angela Merkel a été encore plus catégorique en affirmant que «l’expérience consistant à faire d’une femme musulmane une ministre de la CDU en Basse-Saxe semble avoir échoué avant même d’avoir débuté». Selon les médias allemands, la future ministre a reçu des menaces de mort et a été placée sous protection policière. Mme Özkan a toutefois reçu également quelques soutiens au sein de la CDU. Le ministre en charge de l’intégration en Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest), Armin Laschet, a salué, à travers sa nomination, un signe augmentant «la crédibilité de la CDU» dans ce domaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *