Après Ben Laden, le mollah Omar communique

On n’avait plus entendu parler de lui depuis fin janvier 2002 lorsque sa trace avait été retrouvée quelque part dans le sud de l’Afghanistan, dans son fief de Kandahar. Prêt à la reddition, il avait à cette époque réussi à s’échapper et les rumeurs sur sa mort, comme Ben Laden, avaient fini par criculer.
Selon l’agence de presse afghane, le mollah Mohammad Omar est pourtant bel et bien vivant ! Il est même sorti de son silence pour s’adresser aux Afghans qu’il appelle à la guerre sainte contre les dirigeants du pays mais aussi contre les Etats-Unis ! Basée au Pakistan, l’AIP, reprise par Reuters, a publié lundi une lettre dans laquelle le chef suprême de la milice intégriste invite tous les Afghans à participer directement ou indirectement au djihad, sous peine de «châtiments»… « Quittez tous les bureaux, les ministères, les provinces afin qu’une distinction soit faite entre un musulman et un croisé», écrit le mollah dans en langue pachtou. Plusieurs journaux de Peshawar, située dans la zone frontalière au nord-ouest du Pakistan, ont aussi publié ce communiqué. Celui-ci précise que la guerre sainte doit répondre aux « atrocités » commises par les Américains contre la population afghane. Est-ce une référence aux dernières opérations menées par les forces coalisées dans plusieurs provinces du pays ?
Des grottes où seraient réfugiés des Taliban, ont notamment été bombardées ces deux dernières semaines. Des responsables locaux et des témoins ont affirmé qu’au moins 17 civils surtout des femmes et des enfants avaient trouvé la mort au cours de ces raids. Le Pentagone a concédé une seule victime, un garçon de huit ans…
Contrairement à Ben Laden, à qui l’on a attribué une dizaine de messages depuis les attentats du 11 septembre 2001, cette lettre est la première que le mollah aurait publiée – sans la signer – depuis son « abdication » en décembre 2001. Son appel est par ailleurs sensiblement le même que celui des prétendus appels au djihad du chef d’Al-Qaïda, la semaine dernière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *