Après le nucléaire, le tour à l’espace

L’Iran va envoyer deux nouvelles fusées dans l’espace au cours des prochains mois malgré l’inquiétude exprimée par les pays occidentaux et la Russie, a déclaré lundi le président Mahmoud Ahmadinejad dans un discours à l’occasion du 29e anniversaire de la révolution islamique.
«Deux autres fusées seront lancées et nous espérons que le premier satellite construit localement sera placé sur orbite l’été prochain», a déclaré le président iranien, affirmant que l’envoi de la première fusée «a été un succès».
L’Iran a affirmé avoir envoyé une première fusée le 4 février, suscitant l’inquiétude de l’Occident et de la Russie. Les Etats-Unis et la Russie ont critiqué l’envoi de cette fusée, avertissant que cela ne ferait qu’isoler davantage la République islamique de la communauté internationale. Moscou a estimé qu’il faisait naître des «soupçons» d’une possible ambition nucléaire militaire de la part de Téhéran.
La France a également fait part de son «inquiétude» après cet essai tout en mettant en cause la nature de l’engin lancé. «Ce nouvel essai, présenté par les autorités iraniennes comme l’illustration d’un programme spatial alors que le missile en cause ne dispose pas de capacités extra atmosphériques, est une source supplémentaire d’inquiétude», a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Pascale Andréani.
Dans son discours lundi, le président iranien a affirmé que l’envoi de cette fusée était un succès. «La première fusée qui a été lancée a été un succès», a dit Ahmadinejad. Téhéran avait rejeté les critiques des Etats-Unis à propos de ce lancement, en affirmant que ce «succès scientifique» ne devrait inquiéter personne. «Les succès scientifiques de l’Iran ne doivent inquiéter personne», avait déclaré le porte-parole du gouvernement, Gholamhossein Elham. «L’inquiétude est exprimée par des pays qui possèdent des armes de destruction, les développent en permanence et dont la politique est basée sur la menace et la pression», a ajouté Elham, en réponse à une question sur les critiques exprimées par les Etats-Unis et Israël. «C’est regrettable (…) car cela isole davantage le pays du reste du monde», a déclaré lundi la porte-parole de la Maison-Blanche Dana Perino. 
Les Etats-Unis et d’autres pays occidentaux s’inquiètent du programme balistique de l’Iran, mené parallèlement à son programme nucléaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *