Arabie Saoudite : un méga-contrat d’armement américain pour contrer l’Iran

Arabie Saoudite : un méga-contrat d’armement américain pour contrer l’Iran

Le méga-contrat d’armement que Riyad veut conclure avec Washington est destiné à lui assurer une supériorité militaire sur son rival régional, l’Iran, et à remédier aux faiblesses de son armée révélées lors du conflit à sa frontière avec le Yémen, selon des analystes. Le contrat de 60 milliards de dollars, prévoyant l’acquisition de 84 nouveaux F-15, la modernisation de 70 autres et l’achat de 178 hélicoptères, devrait donner au géant pétrolier saoudien un net avantage sur l’Iran et ses autres voisins, à l’exception d’Israël, estiment-ils. Il devrait entraîner une modernisation considérable de l’armée du Royaume qui pourrait dépenser aussi quelque 24 à 27 milliards USD supplémentaires pour l’acquisition de navires et de systèmes de défense antimissile, a indiqué un expert de défense saoudien sous couvert de l’anonymat. L’administration de Barack Obama doit soumettre au Congrès ce contrat, évoqué depuis 2007 sous celle de son prédécesseur George W. Bush qui a œuvré pour vendre des armes à ses alliés arabes du Golfe afin de contrer l’Iran accusé de vouloir se doter de l’arme nucléaire. «C’est un gros contrat car nous avons besoin de moderniser l’ensemble de nos forces armées», a ajouté l’expert saoudien, dont le pays craint un Iran nucléaire. «Nous avons besoin de garantir notre sécurité et celle de nos alliés». L’objectif est d’assurer à l’Arabie Saoudite une supériorité militaire sur ses voisins, y compris ses alliés arabes, ont indiqué des analystes militaires.
Avec ses 70 avions de chasse F-15, à moderniser en vertu du contrat, ainsi que les 80 avions de combat Tornado et les 72 Typhoon Eurofighters en cours de livraison, le Royaume dispose déjà d’une supériorité aérienne, selon Theodore Karasik de l’Institute for Near East and Gulf Military Analysis à Dubaï. «L’armée de l’air iranienne n’est pas très efficace. Je pense que les Saoudiens ou les Emirats arabes unis pourraient les battre facilement», a-t-il estimé. Un conflit avec l’Iran pourrait mettre en danger les principales installations pétrolières saoudiennes, et le nouveau contrat devrait renforcer les capacités défensives et de contre-attaque du Royaume. «Si Israël n’est pas impliqué dans un éventuel conflit, le Royaume devra défendre son espace aérien contre la menace iranienne», a dit M. Karasik. Pour lui, le contrat devrait aussi remédier aux faiblesses apparues pendant l’offensive de l’armée saoudienne fin 2009-début 2010 contre les rebelles chiites yéménites à la frontière avec le Yémen, où l’armée saoudienne a déploré au moins 109 morts. «Les forces saoudiennes n’étaient pas préparées à ce genre de guérilla. Elles ont souffert comme les Soviétiques en Afghanistan», a-t-il expliqué.
Selon lui, la possible acquisition par Riyad d’hélicoptères d’attaque, de bombes intelligentes à guidage JDAM et d’équipements de combat de nuit devrait renforcer ses capacités dans ce genre de conflit. Les Saoudiens veulent aussi acheter des drones équipés de missiles, comme le Predator utilisé par l’armée américaine en Afghanistan, une perspective peu probable, a indiqué un autre analyste qui a requis l’anonymat. Le méga-contrat «nous engage pour les 10 à 15 prochaines années dans une étroite coopération de défense», a souligné l’expert saoudien. Israël pour sa part, qui n’entretient pas de relations avec Riyad, ne devrait pas considérer ce contrat comme une menace. L’Etat hébreu va, comme d’habitude, critiquer ce genre de transaction, a estimé Yiftah Shapir, un expert militaire de l’Institute for National Security Studies à l’université de Tel-Aviv. «Mais cette fois, ce n’est pas une réelle menace pour Israël. Nous devons comprendre que ce contrat est dirigé contre l’Iran et que cette fois-ci, Israël et l’Arabie Saoudite sont du même côté», a-t-il dit.

  Paul Handley (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *