Asie du Sud : un séisme ravageur

Asie du Sud : un séisme ravageur

Un puissant séisme de magnitude 7,6 a frappé samedi l’Asie du Sud. Les bilans provisoires font état de plusieurs milliers de morts. Le nord du Pakistan, le nord-ouest de d’Inde et le nord-est de l’Afghanistan ont subi d’énormes dégâts. Des villages entiers ont été détruits. Cette secousse a aussi provoqué des glissements de terrains près de la frontière indo-pakistanaise.
Dans les capitales de l’Inde, du Pakistan mais aussi de l’Afghanistan, la terre a tremblé pendant une minute. Pris de panique, plusieurs habitants ont fui les bâtiments. Des répliques continuaient à se faire sentir des heures encore après la première secousse. Les lignes téléphoniques étaient coupées dans toute la région.
Le bilan le plus lourd était signalé au Pakistan où des milliers de personnes pourraient avoir trouvé la mort, au Cachemire et dans les régions montagneuses de l’Hindu Kuch. Ainsi, dans la seule province pakistanaise de la frontière nord-ouest, les autorités ont confirmé le décès de 1.600 personnes, selon Akram Durani, un haut responsable provincial.
Au Cachemire pakistanais, un millier de civils ont trouvé la mort, selon Sardar Mohammed Anwar, le plus haut responsable gouvernemental dans la région. «C’est une estimation très prudente et le bilan pourrait être bien plus lourd», a-t-il déclaré à la télévision pakistanaise Aaj. Il a ajouté que la plupart des maisons de la capitale régionale Muzaffarabad avaient été endommagées, et que des écoles et des hôpitaux s’étaient effondrés.
À Muzaffarabad, la capitale du Cachemire sous administration pakistanaise, au moins 250 personnes ont péri, selon un responsable gouvernemental. «Le nombre de blessés devrait atteindre des milliers», a ajouté ce responsable, indiquant que les dégâts dans la ville sont énormes.
Des villages entiers ont été rasés au Cachemire, a déclaré à l’AFP un officier de l’armée chargé des secours locaux. «Les communications sont entièrement coupées. Selon nos premières indications, il pourrait y avoir des milliers de morts au Cachemire. Dans certaines zones, il ne reste plus rien,» a affirmé cet officier.
Au Cachemire indien, dans le nord-ouest de l’Inde aux confins du Pakistan, près de 300 personnes ont été tuées et 600 autres blessées, selon un porte-parole de la police.  Parmi les victimes, figurent 36 soldats indiens tués le long de la Ligne de contrôle qui fait office de frontière entre les deux parties du Cachemire, divisé entre le Pakistan et l’Inde. En Afghanistan, plusieurs victimes ont également été enregistrées, mais l’éloignement des zones touchées, dans l’extrême nord-est du pays, empêchait les autorités d’établir des bilans plus détaillés.
Ce séisme est "causé par la collision de deux continents, le continent indien et la plaque eurasienne", a expliqué à l’AFP un sismologue de l’Observatoire des sciences de la terre de Strasbourg. «L’Inde remonte vers le nord à raison de deux centimètres par an, provoquant des séismes dramatiques.
Celui de samedi n’a malheureusement rien d’étonnant car il s’agit d’un grand classique de la tectonique des plaques,» a commenté M.Henri Hassler. «Le mouvement vers le nord du continent indien se poursuit depuis des millions d’années et est à l’origine des montagnes gigantesques de la chaîne himalayenne, toujours en formation», a-t-il poursuivi. Il a précisé que la plaque indienne passe un peu en dessous de la plaque eurasienne.
Le dernier séisme d’une magnitude supérieure à 7 dans la région remonte au 10 octobre 1991, avec une magnitude de 7,1, selon l’observatoire des sciences de la terre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *