Au suivant !

Le milliardaire d’origine saoudienne Oussama Ben Laden et son réseau Al-Qaïda vivent apparemment leurs derniers jours en Afghanistan. Et beaucoup affirment que les forces antitalibanes ont virtuellement éliminé la dernière grande poche contrôlée par Al-Qaïda. Toutefois, Ben Laden, le plus gros poisson, a échappé à la capture. Peut-être en passant par les montagnes pour atteindre le Pakistan voisin. Islamabad, qui a déployé des milliers de soldats à la frontière, a justement déclaré avoir « capturé 31 combattants de Ben Laden, des Yéménites essentiellement, alors qu’ils tentaient de traverser » pour pénétrer sur son territoire. Le succès de la campagne aérienne américaine est donc difficilement contestable, même si le milliardaire saoudien court toujours. Aux Etats-Unis , c’est la confirmation de l’efficacité de la guerre telle que la conçoit la Maison-Blanche. En d’autres termes, bombardements massifs et utilisation d’alliés autochtones au sol pour remplacer les soldats américains. Cette vision des choses, dont le succès a été indéniable en Irak, est en revanche discutable pour ce qui est de la campagne du printemps 1999 dans les Balkans. Car plus personne n’ignore que les frappes de l’OTAN n’ont pratiquement laissé intacts tant l’armée serbe que le moral de ses troupes. Toujours est-il qu’en Afghanistan, une fois encore, l’aviation américaine semble avoir forcé la décision. Le réseau Al-Qaïda n’est d’ailleurs pas le seul à avoir souffert des bombardements aériens. Le Mouvement islamique d’Ouzbékistan a lui aussi essuyé des pertes importantes, à commencer par la mort de Jumabai Khojiev, chef militaire du mouvement, «plus connu sous le nom de Juma Namangani». Celui-ci serait décédé des suites de blessures reçues alors qu’il combattait aux côtés des Taliban. De leur côté, les Taliban, malgré l’évidence sur le terrain, ne s’avouent pas vaincus. Leur ministre de la Défense, le mollah Abdoul Razaq, déclare ainsi dans les colonnes du «Times of India» que son «organisation va réoccuper l’Afghanistan d’ici à un mois. Nous allons bientôt déclencher nos opérations et le monde entier en sera témoin ». Fanfaronnade ? Voire. Mais les Taliban semblent déjà moins intéresser Washington, qui semble s’intéresser de plus en plus à l’Irak. Le récent transfert de l’état-major de la IIIe armée américaine vient de quitter sa base de temps de paix à Fort McPherson, en Géorgie, pour rejoindre sa base d’opérations avancées au Koweït. Preuve que Washington prépare quelque chose, puisque ledit état-major sert de tête de pont qui peut être déployé pour le commandement central des forces armées américaines. Sans doute s’agit-il du premier signal fort envoyé par George W. Bush à Saddam Hussein… L’avenir nous le dira.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *