Bagdad se prépare à la guerre

Le nouveau projet américain de résolution de l’ONU sur l’Irak a été accueilli froidement par la France et la Russie, alors que Washington menace de passer outre la caution des Nations Unies. La Maison-Blanche a averti que le Conseil de Sécurité «n’avait pas tout son temps» pour approuver une nouvelle résolution.
Cette dernière préconise que les inspecteurs en désarmement aient un accès complet et immédiat à tous les sites qu’ils décident de visiter, quels que soient les accords qui avaient pu être précédemment passé entre l’Irak et les Nations Unies à leur sujet.
Bagdad aurait sept jours pour accepter officiellement la nouvelle résolution, une fois adoptée. Il disposerait ensuite de 30 jours pour fournir une liste de tous ses programmes d’armement. Voici les autres principaux points du projet de résolution américaine:
Le Conseil de Sécurité devra se réunir immédiatement après avoir reçu le rapport des inspecteurs en désarmement pour examiner la situation. La résolution rappelle que le Conseil de Sécurité a averti à plusieurs reprises l’Irak des conséquences graves qu’aurait une violation de ses obligations.
La résolution place l’Irak en rupture matérielle (material break) avec ses obligations telles qu’elles étaient établies dans des résolutions précédentes. L’Irak s’enfoncerait un peu plus dans cette brèche’ s’il diffuse de fausses informations ou oublie certains aspects dans sa déclaration sur l’état de ses programmes d’armement et s’il manque à se conformer à ce dernier texte. Washington a commencé à montrer des signes d’impatience face aux atermoiements du Conseil de Sécurité où le projet de résolution américaine a été accueilli avec réserve par Paris et rejeté par Moscou. «C’est un fait qu’ils n’ont pas tout leur temps. Nous voudrions qu’un accord soit trouvé», a déclaré le porte-parole de la Maison -Blanche, Ari Fleicher. L’ONU «ne peut se contenter d’être la ligue des nations, un organisme purement de débats», a déclaré pour sa part le président George Bush qui a affirmé : «Si les Nations Unies ne se décident pas, nous conduirons une coalition pour désarmer Saddam Hussein», a-t-il précisé. Déjà, le Pentagone a commencé à renforcer sa présence navale et aérienne au Moyen-Orient, notamment avec le déploiement anticipé des porte-avions USS Constellation qui croisera en décembre en même temps que le USS Abraham Lincoln. Pendant ce temps, à Bagdad le président irakien Saddam Hussein a examiné hier les préparatifs de la guerre avec des responsables militaires.
Il porte sur les mesures à adopter pour faire face à une éventuelle frappe américaine. «Les participants à cette réunion ont réaffirmé leur détermination à oeuvrer d’une manière obstinée pour soutenir le jihad et aider à la construction de tranchées (…) et permettre aux combattants de défendre leur patrie», a rapporté l’agence officielle irakienne INA.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *