Ben Laden toujours introuvable

Les combats dans le secteur de Tora Bora opposent entre 300 à 1.000 combattants d’Al-Qaïda aux forces d’une coalition de chefs locaux regroupés au sein du Conseil de l’Est, soutenue par les forces spéciales occidentales. Des tirs nourris de mitrailleuses lourdes, d’armes automatiques légères, de lance-grenades et de mortiers ont retenti sur plusieurs sommets, distants de quelques centaines de mètres d’un poste de commandement avancé des forces locales afghanes qui assiègent les hommes d’Al-Qaïda avec l’appui de Washington. La proximité de ces tirs semblait indiquer que les combattants étrangers d’Al-Qaïda, le groupe de Ben Laden, avaient regagné du terrain par rapport à la situation qui prévalait vendredi sur la ligne de front. Les commandos américains font tout pour empêcher les combattants d’Al-Qaïda, voire Ben Laden lui-même, de s’échapper des deux vallées encaissées, Agam et Wazir, jouxtant la frontière avec le Pakistan, au coeur des montagnes blanches. L’aviation américaine pilonne les sommets pour tenter de couper la retraite des forces d’Al-Qaïda vers le Pakistan, où Islamabad a déployé quelque 4.000 hommes sur un front de 40 km et mobilisé des hélicoptères de combat. Les forces du Conseil de l’Est font pression sur les positions d’Al-Qaïda, en tentant notamment de les déloger des cavernes et des tunnels creusés à flanc de montagne. Les corps d’une trentaine de combattants d’Al-Qaïda ont été découverts, alors que les unités des chefs locaux et les forces spéciales américaines et britanniques ont commencé de pénétrer dans un réseau de cavernes et de tunnels. Samedi, les Etats-Unis ont fait état de la reddition d’une cinquantaine de membres d’Al-Qaïda, sans pouvoir dire où se trouvait Ben Laden, que le président George W. Bush veut attraper « mort ou vif ». La capture de Ben Laden est, pour la majorité des Américains, la condition d’une victoire en Afghanistan. Les troupes américaines traquant le milliardaire d’origine saoudienne ont repéré sa voix, il y a quelques jours, donnant des ordres par radio aux combattants d’Al-Qaïda dans l’est de l’Afghanistan, ont rapporté samedi des organes de presse américains. Et, selon des responsables cités par le Washington Times ,la voix a été analysée et comparée aux autres enregistrements disponibles de Ben Laden. Et elle apporterait une preuve décisive de sa présence dans la région des montagnes blanches près de Tora Bora. Le général Tommy Franks, qui commande les opérations militaires américaines en Afghanistan, a toutefois indiqué vendredi soir que Ben Laden n’avait pas été localisé avec certitude. « Le fait est que nous ne savons pas », il pourrait se trouver toujours dans l’est du pays, mais aussi bien avoir fui au Pakistan ou ailleurs, a noté le général.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *