Bouteflika insulte les Algériens

Bouteflika insulte les Algériens

«J’ai honte de la saleté de nos villes et villages», s’est désolé le président algérien dans son discours prononcé à l’occasion des Assises de l’architecture qui ont eu lieu mardi 19 décemrbe à l’hôtel El Aurassi, à Alger. Ces Assises ont vu la participation de plusieurs membres du gouvernement, des cadres et spécialistes du secteur de l’habitat et de l’urbanisme, des architectes et des chefs d’entreprises.
M. Bouteflika qui a présidé cette rencontre a prononcé un important discours où il a commencé par critiquer les comportements de ses concitoyens avant de s’attaquer au côté architectural des villes sans pour autant oublier la crise de logement.
Le chef d’Etat a reproché aux Algériens leur inaction et leur manque d’initiative dans bon nombre de domaines surtout celui de la sécurité. «Je suis désolé de le dire, le peuple algérien n’est pas sur la bonne voie, notamment en matière de sécurité publique», a tonné M. Bouteflika. N’appréciant guère le laisser-faire de ses compatriotes face aux vols et braquages qui ont lieu dans les rues d’Alger, le chef de l’Etat algérien a clamé fort que «la sécurité publique est aussi l’affaire du peuple algérien». Il a également estimé que les efforts fournis par les services de sécurité ne feront pas évoluer la situation sécuritaire si le peuple algérien ne se mobilisait pas. «Il faut qu’il (le peuple) agisse pour changer les choses et améliorer son quotidien», a-t-il affirmé.
A propos d’architecture, M. Bouteflika a exprimé sa tristesse de voir les villes algériennes dénuées de toute créativité. Selon lui, ces dernières ont atteint un stade tel que l’on ne peut plus différencier une zone urbaine d’une zone rurale. «Les gens de la campagne sont venus en ville ramenant avec eux leur culture qui est également la nôtre, mais la zone rurale est une chose et la zone urbaine en est une autre», a-t-il martelé. Le président algérien n’a pas oublié les architectes à qui il a fortement demandé de jouer leur « rôle fondamental dans la rupture avec les réalisations sommaires du passé».
Sur un autre registre, le chef d’Etat s’est attaqué aux élus qui ne jouent pas leur rôle en ce qui concerne la gestion des problèmes. «Souvent ce sont les personnes qui ne sont pas dans le besoin qui furent sur la liste des bénéficiaires de logement», a-t-il noté. Le président a ainsi exhorté les administrations et notamment les élus à jouer leur rôle «correctement» dans le respect du cadre de vie et de l’esthétique des constructions.
Pour conclure son discours, il a recommandé aux participants de sortir de ces Assises avec des recommandations efficientes et de nature à permettre «la libération des capacités créatives des architectes et d’esquisser des perspectives concrètes de développement de la qualité de la production architecturale».
Ce nouveau one-man-show de Bouteflika survient après celui qu’il a joué dernièrement devant les walis et les gouverneurs. Un spectacle bien rôdé  et destiné à convaincre les Algériens d’assumer toutes les erreurs de leur nomenklatura.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *