Bush : La caisse de résonance de Sharon

Bush : La caisse de résonance de Sharon

Conformément aux engagements actuels, « l’UE ne reconnaîtra aucun changement » apporté aux frontières d’avant 1967 autre que ceux intervenus dans le cadre d’un «accord entre les parties » a déclaré Reijo Kemppinen, porte-parole de la Commission européenne.
Ainsi, la Commission européenne a déclaré jeudi que le feu vert américain au plan d’Israël visant à conserver des blocs de colonies en Cisjordanie était « très différent » de la position approuvée par les Quinze le mois dernier. La «logique de la déclaration des participants au Sommet européen du mois dernier est très claire. Cela continue d’être la position de l’Union européenne », a souligné M.Kemppinen.
Rien à voir avec la position de la Maison-Blanche. Lors d’une conférence de presse commune mercredi après un entretien avec Sharon, le président Bush a qualifié le plan « d’historique et courageux» et accepté indirectement le maintien à long terme de colonies juives en Cisjordanie.
Plus encore, Bush a donné gain de cause aux Israéliens sur un autre sujet sensible. Il a estimé que les réfugiés palestiniens devront s’installer dans l’Etat qui leur sera accordé dans le cadre d’un plan de paix, sans possibilité de revenir en Israël. Même les Israéliens ont été surpris.
Un responsable de la délégation de Sharon à Washington n’a pas pu s’empêcher de se féliciter en déclarant à la presse que « Les Etats-Unis ont fait des déclarations sans équivoque, jamais entendues en 56 ans ». Il est maintenant certain, du moins de l’avis de la presse israélienne, que les propos de Bush aideront le Premier ministre à obtenir le soutien de la majorité des 200.000 membres du Likoud, qui doivent se prononcer le 2 mai par vote sur le plan de séparation prévoyant l’évacuation de Gaza, y compris des 21 colonies. Mais qu’en est-il des Palestiniens ? Ils vont poursuivre leur lutte pour la création d’un Etat indépendant et qu’ils ne renonceront pas au retour des réfugiés palestiniens en Israël. En tout cas, c’est ce qu’a affirmé jeudi Yasser Arafat dans sa première réaction officielle au soutien apporté la veille par George Bush au maintien définitif de colonies juives en Cisjordanie.
Et le président de l’Autorité palestinienne furieux d’ajouter dans une allocution retransmise par la télévision palestinienne que «les dirigeants israéliens fanatiques se trompent, de même que ceux qui les soutiennent, et vous savez de qui je parle ». « Le peuple palestinien ne renoncera pas à chercher la liberté et l’indépendance ainsi qu’un Etat avec Jérusalem pour capitale que cela leur plaise ou non », a poursuivi Arafat.
Le Premier ministre palestinien, Ahmad Qoreï, exprimé son énorme déception face à cette grave évolution de la part des Etats-Unis, et affirmé que les Palestiniens en rejettent les conséquences, selon un communiqué de son bureau. Les mouvements islamistes du Hamas et Jihad islamique ont aussi violemment dénoncé les déclarations américaines. Sur le terrain, vingt Palestiniens ont été blessés lors d’une incursion de l’armée israélienne dans le camp de réfugiés de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, selon des sources hospitalières. Chez les Israéliens, un sondage réalisé après les déclarations de Bush a révélé que 57 % des membres du Likoud se sont déclarés favorables au plan Sharon, tandis que 37 % ont affirmé s’y opposer. Lors d’un précédent sondage publié le 31 mars, la majorité en faveur du plan n’était que de 51%. Comme quoi, la bienveillance de l’oncle Sam à l’égard d’Israël est toujours aussi rassurante.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *