Bush offre une fleur à Blair

Bush offre une fleur à Blair

La visite entamée mardi 7 juin par le Premier ministre britannique Tony Blair à Washington n’a pas abouti aux résultats escomptés par ce dernier. Cependant, Tony Blair n’est pas reparti les mains vides. Venant plaider pour un accroissement de l’aide à l’Afrique avant le Sommet du G8, Tony Blair a réussi à obtenir de George W. Bush 674 millions de dollars supplémentaires.
«Nous allons fournir environ 674 millions de dollars d’aide supplémentaire pour répondre aux besoins humanitaires pressants en Afrique», a indiqué mardi le porte-parole de la Maison-Blanche Scott McClellan.
Il a rappelé que les Nations unies "avaient demandé 4,5 milliards de dollars d’aide humanitaire d’urgence pour l’Afrique (…) et estiment pour l’instant que 3,5 milliards de dollars restent encore à fournir".
Une aide d’urgence que le président américain s’est engagé à consacrer pour le continent africain. Elle devra faire face aux menaces de famine dans la Corne de l’Afrique. Cette somme viendra s’ajouter aux 1,4 milliard de dollars déjà engagé par Washington cette année au titre de l’Aide publique au développement (APD) pour les pays africains. Une aide qui reste loin de répondre aux recommandations de la Commission pour l’Afrique réunie par Tony Blair qui s’appuie sur les conclusions de la Commission pour l’Afrique présentées en mars ainsi que sur le projet de Facilité financière internationale (IIF).
Ces recommandations prévoient le doublement de l’aide publique au développement (APD) pour la porter à 100 milliards de dollars par an en 2015.
Dans un entretien accordé au Financial Times, Tony Blair avait déclaré qu’il renonçait à persuader le président américain de participer à l’IFF.
«Nous ne leur demandons pas de souscrire à l’IFF ou de porter leur contribution à l’aide au développement à 0,7% du PIB. Ils ne vont pas le faire et ils l’ont dit clairement depuis le début», a-t-il déclaré.
Rappelons que George W. Bush avait affirmé la semaine dernière que celle-ci "ne correspond pas à nos pratiques budgétaires".
Par ailleurs, la Maison-Blanche a affirmé que cette annonce, mardi ne préjuge pas d’autres engagements des Etats-Unis au G8, sur les initiatives d’annulation de la dette pour les pays pauvres par exemple. Cependant, les modalités de l’effacement de la dette continuent à susciter des divergences entre Américains et Européens. Tandis que les Britanniques sont favorables à la vente d’une partie des réserves en or du Fonds monétaire international (FMI), Washington elle s’y oppose. Certains pays, comme la France, proposent une taxe sur les transports aériens alors que l’administration Bush suggère de réduire certains programmes d’aides.
«Les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont tous deux très engagés en faveur d’un allègement de la dette des pays africains et nous continuons de discuter sur les moyens d’y arriver», a souligné mardi le porte-parole de la Maison-Blanche.
Les Etats-Unis sont à la traîne en matière d’APD rapportée au Produit intérieur brut (PIB). Ils ne consacrent que 0,16% de leur PIB à cette fin pour 0,87% dans le cas de la Norvège et 0,36% dans celui de la Grande-Bretagne .
En valeur absolue, et du fait qu’ils sont la première économie mondiale, ils sont toutefois loin devant les autres avec 19 milliards de dollars par an, soit 20% du total.
L’une des priorités de l’administration Bush depuis son arrivée au pouvoir début 2001 est de lier cette aide à des réformes démocratiques et économiques dans les pays bénéficiaires.
Un autre point de discorde entre les Etats-Unis et l’Europe concerne cette fois-ci le protocole de Kyoto. En effet, l’administration Bush refuse de ratifier le protocole de Kyoto sur la lutte contre le réchauffement de la planète, alors que celui-ci est appuyé par les Européens et les Russes.
Là aussi Tony Blair ne veut pas tenter le coup de convaincre son fidèle allié à ratifier le traité.  
«Pas plus que nous leur demandons de changer leur position sur le traité de Kyoto. Les Américains ne le feront en aucune façon», a-t-il ajouté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *