Bush promet une riposte «dévastatrice»

Trois mois jour pour jour après la série d’attentats qui ont visé les Etats-Unis le 11 septembre, des cérémonies de recueillement se sont déroulées dans le monde entier. Sur le sol américain, la population est venue nombreuse pour rendre un hommage solennel et patriotique aux quelque 3.300 victimes, pour la plupart tuées dans l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center. Entre les moments de recueillement et de prières, les discours sobres sur fonds d’hymne national, les cérémonies du souvenir se sont tenues un peu partout dans le pays, empreintes de gravité et d’émotion, et du même discours: «nous n’oublierons pas». Au garde-à-vous dans le grand salon oriental de la Maison Blanche, la main sur le coeur, le président Bush, accompagné de son épouse, a écouté le « Star-spangled banner », l’hymne national, dont les premières notes ont retenti à 8h46 locales, heure à laquelle trois mois auparavant le premier avion détourné faisait plier l’une des tours de Manhattan. Dans son discours, le président Bush est ensuite revenu sur la lutte engagée par les Etats-Unis et leurs alliés contre le terrorisme international et le conflit actuel en Afghanistan. «Aujourd’hui, les injustices sont en voie d’être corrigées et la justice en train de s’accomplir, a-t-il déclaré. Nous avons encore beaucoup à faire et de nombreux dangers gisent devant nous mais il ne peut y avoir aucun doute sur l’issue de ce conflit». Face aux familles des victimes, le chef de la Maison Blanche a ajouté que «nos ennemis ont commis la même erreur que commettent toujours les ennemis de l’Amérique. Là où ils voient la liberté, ils pensent voir de la faiblesse et aujourd’hui, ils constatent leur propre défaite». Déterminé, George W. Bush a promis des ripostes « dévastatrices » aux nations soutenant la terreur, et affirmé que la guerre menée en Afghanistan donnait un premier aperçu des transformations nécessaires à venir de la défense américaine. «Nos militaires ont une mission nouvelle et essentielle», a-t-il souligné lors d’un autre discours, prononcé à Charleston (Caroline du Sud) devant les cadets d’une école militaire. «Pour les pays qui soutiennent la terreur, les conséquences ne seront pas simplement coûteuses, elles seront dévastatrices». Selon le président américain, le conflit afghan constitue par ailleurs un exemple à plus d’un titre, notamment au niveau de la nouvelle stratégie militaire du Pentagone désormais axée sur les «armes high-tech». Et M Bush de conclure qu’aucune « grotte n’est suffisamment profonde pour permettre (aux terroristes) d’échapper à la patiente justice des Etats-Unis d’Amérique»…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *