Caricatures : des journaux français font bloc, le Prophète en « Une » du Monde

L’influent quotidien français Le Monde a pris parti jeudi avec un dessin du prophète occupant la moitié de la "Une" et un éditorial intitulé "Caricatures libres".
Sous le titre "Islam: les caricatures de la discorde", le dessin de Plantu, dessinateur célèbre du Monde, reproduit le visage de Mahomet à l’aide d’une phrase manuscrite unique utilisée dans tous les sens: "Je ne dois pas dessiner Mohamed".
"Un musulman peut être choqué par un dessin, surtout malveillant, de Mohamed", dit l’éditorial du Monde, en allusion au fait que la religion musulmane interdit toute représentation du prophète. "Mais une démocratie ne saurait instaurer une police de l’opinion, sauf à fouler aux pieds les droits de l’homme", estime le journal.
Le quotidien de gauche Libération a, lui, annoncé qu’il consacrerait 6 pages vendredi à "l’affaire" des caricatures de Mohamed en publiant notamment deux des dessins litigieux issus de la série controversée du quotidien danois Jyllands-Posten. Un éditorial, plusieurs articles, des points de vue, notamment de religieux, accompagneront ce dossier, a annoncé Libération.
L’hebdomadaire satirique Charlie-Hebdo compte lui aussi publier les caricatures incriminées de Mohamed, dans son numéro de mercredi prochain, "par principe et par solidarité avec France-Soir et avec nos confrères danois", a annoncé à l’AFP le directeur de la publication Philippe Val.
"C’est énorme (…) qu’on limoge un directeur de journal pour avoir publié des caricatures religieuses", a-t-il ajouté.
Mercredi, France Soir a été le premier quotidien français à publier les caricatures diffusées au Danemark. Le propriétaire de France-Soir, le Franco-égyptien Raymond Lakah, a aussitôt décidé de congédier le directeur de la publication Jacques Lefranc.
La vague de protestations suscitée dans le monde arabe par la publication de caricatures de Mohamed s’est accentuée jeudi avec des menaces proférées contre les Français, les Norvégiens et les Danois et la fermeture "jusqu’à nouvel ordre" du siège de l’Union européenne à Gaza.
Dans son édition datée de vendredi, Le Monde donne la parole aux dessinateurs de presse, dont le métier, dit-il, "est de déranger" et rappelle que "l’irrévérence religieuse en France a plus de 30 ans".
Cité par le journal, parmi d’autres dessinateurs et caricaturistes, Plantu, 54 ans, dessinateur au Monde depuis 1972 et à l’hebdomadaire L’Express, déclare: "On ne se rend pas compte à quel point, hormis l’Eglise catholique sur laquelle on peut taper et qui fait preuve, quoi qu’on dise, de mansuétude, il est devenu impossible de critiquer les religieux".
"De plus en plus, il y a une chape de plomb qui s’installe au-dessus des journalistes" et "nos convictions les plus sincères, on n’ose plus forcément les dire", a déploré Plantu auprès de l’AFP. Selon lui, le dessin est une "manière de dire : Stop".

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *