Clinton et Obama : Des divergences de plus en plus affichées

Les deux prétendants démocrates dans la course à la Maison-Blanche ont affiché leurs différences sur presque tous les sujets, mardi soir, à l’occasion de leur dernier débat télévisé avant les primaires du Texas et de l’Ohio.
Si le ton n’a jamais vraiment monté entre Hillary Clinton et Barack Obama, l’agacement et la tension étaient palpables entre les deux rivaux qui se retrouvaient sur un plateau de télévision pour la 20e fois en dix mois. Lors du premier débat démocrate, en avril 2007, Clinton était la favorite. C’est désormais Obama qui fait la course en tête.
Clinton et Obama, assis côte à côte et n’échangeant pratiquement pas un regard sinon pour froncer les sourcils quand l’autre parlait, se sont opposés sur leur plan de couverture maladie, l’accord de libre-échange Alena entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique ou la guerre en Irak. Les deux candidats se sont mutuellement accusés de déformer, voire de falsifier les propositions qu’ils faisaient. «Le sénateur Obama a dit constamment que j’obligerai les gens à souscrire une assurance maladie qu’ils puissent se le permettre ou non. Ce n’est pas vrai», a dit Clinton. La sénatrice de New York affirme que mon plan d’assurance maladie laisserait 15 millions de personnes sur le carreau «Je conteste cela. Je pense que ce n’est pas fondé», a dit Obama. Clinton et Obama ont eu leurs plus vifs échanges à propos de la politique étrangère.
«L’été dernier, Obama a menacé de bombarder le Pakistan et je ne pense pas que c’était une sage décision», a affirmé Clinton, ce que Obama a contesté, rappelant qu’il fallait le cas échéant bombarder des cibles d’Al-Qaïda au Pakistan même sans l’aval d’Islamabad. «Concernant la plus importante décision de politique étrangère de ces dernières années, aller ou non en Irak, j’ai dit très clairement qu’il ne fallait pas engager cette guerre», a dit Obama. «Sur les sujets sensibles, mon jugement est supérieur à celui de Mme Clinton ou de McCain», a-t-il ajouté. «Alors que Clinton dit qu’elle sera prête dès le premier jour (à la Maison- Blanche), les faits ont montré qu’elle était prête à céder à George W. Bush dès le premier jour sur un sujet critique», a-t-il dit d’un ton incisif, faisant référence au vote de Clinton en 2002 en faveur de l’entrée en guerre en Irak. Ce débat était le dernier avant les primaires prévues mardi prochain dans quatre Etats dont le Texas et l’Ohio. Sous le coup de onze défaites successives face à son rival, Clinton a besoin impérativement de remporter ces scrutins si elle veut demeurer dans la course.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *