Conflit israélo-palestinien : Nouveaux incidents à Jérusalem

Conflit israélo-palestinien : Nouveaux incidents à Jérusalem

Des incidents ont à nouveau éclaté dimanche entre fidèles musulmans et policiers israéliens sur l’esplanade des Mosquées, un site sacré pour l’islam et le judaïsme, dans la Vieille ville de Jérusalem. Douze manifestants ont été arrêtés et l’esplanade a été fermée, a précisé la police. La tension est vive depuis plusieurs semaines sur l’esplanade et dans certains quartiers arabes de Jérusalem, où des affrontements ont opposé jeunes Palestiniens et forces de l’ordre. «Douze manifestants ont été arrêtés, trois sur le Mont du Temple et neuf autres dans les ruelles environnantes», a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, en précisant que l’accès du site était fermé «jusqu’à nouvel ordre» à tous les visiteurs, y compris les fidèles musulmans. «Nous allons maintenir en place le temps qu’il faudra ce dispositif et les renforts déployés», a poursuivi le porte-parole. La police a pénétré dimanche matin sur l’esplanade des Mosquées à la suite de jets de pierres contre des visiteurs qui étaient entrés sur le site. Des musulmans ont ensuite jeté des pierres vers les forces de l’ordre qui ont utilisé notamment des grenades assourdissantes pour disperser les manifestants, selon la police. Selon des sources palestiniennes, une centaine de musulmans étaient réunis dans la matinée sur l’esplanade après l’intervention de la police. Un hélicoptère de la police survolait la scène. «La police affirme toujours que les croyants jettent des pierres, comme prétexte à ses attaques. Mais elle veut simplement justifier ses crimes», a accusé Kamal Khatib, un porte-paroles du Mouvement islamique arabe israélien, une organisation en pointe lors des récents incidents à Jérusalem. La police avait renforcé tôt dimanche ses patrouilles dans la Vieille ville de Jérusalem à la suite d’appels lancés ces derniers jours par des Palestiniens et des Arabes israéliens pour venir «défendre l’esplanade des Mosquées». Selon les radios israéliennes, ce dispositif policier a été mis en place à la suite de l’organisation d’un meeting dimanche à Jérusalem d’une association ultra-nationaliste, «La Terre d’Israël est à nous». Cette organisation, qui a obtenu le soutien de rabbins et de députés d’extrême-droite, s’est fixée comme objectif de convaincre les juifs de «monter en ordre» vers l’esplanade des Mosquées. «Le peuple juif doit se rendre au Mur des Lamentations et au Mont du Temple afin que ce site devienne un lieu de paix et de sérénité, et non pas de haine et de terrorisme contre le monde entier», a déclaré à la radio militaire le dirigeant de ce mouvement, Yéhuda Glick. Ce site, qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, est le troisième lieu saint de l’islam après La Mecque et Médine. Il est aussi l’endroit le plus sacré pour les juifs qui l’appellent le Mont du Temple. L’esplanade des Mosquées est bâtie sur le site du Temple juif détruit par les Romains en l’an 70 de l’ère chrétienne, dont le principal vestige est le Mur des Lamentations. Le conflit s’était rallumé à la fin septembre, des Palestiniens protestant contre l’intrusion selon eux d’extrémistes juifs venus prier sur l’esplanade, ce que la police a démenti. C’est une visite perçue comme «provocatrice» du chef de la droite israélienne de l’époque, Ariel Sharon, sur la même esplanade qui avait déclenché la seconde Intifada, dite «L’Intifada d’Al-Aqsa», le 28 septembre 2000, et embrasé les Territoires palestiniens.

Ahmed Gharabli (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *