Côte d’Ivoire : Gbagbo pose ses conditions

«Il faut que la guerre cesse. Le plus important, c’est donc qu’on se mette d’accord avec les rebelles. On a l’habitude en Afrique de rassembler tout le monde. Donc, on le fera. On sort d’un gouvernement d’union. On recommencera l’exercice autant de fois qu’il faut », a déclaré Laurent Gbagbo dans un entretien publié mercredi par le quotidien français le Parisien.
Dans ces mêmes déclarations, le chef d’Etat ivoirien a pourtant réfuté en bloc toutes les revendications de son principal interlocuteur et adversaire, le Mouvement Patriotique de Côte d’Ivoire, qui réclame depuis le début de la crise son départ et la convocation d’élections anticipées. « J’ai écouté les rebelles : ils ont insisté sur des problèmes comme l’éligibilité, la citoyenneté, le foncier rural. Je vais donc interroger le peuple. Nous voulons vraiment bâtir un régime démocratique. Moi, j’y crois », a répondu M. Gbagbo.
Revenant sur l’idée d’un référendum qu’il avait déjà évoquée en novembre, le dirigeant a aussi exclu tout départ du pouvoir, estimant que ce serait une catastrophe nationale. « Si je démissionne, ce pays va entrer dans une guerre civile qui va durer plus de dix ans. Je ne veux pas de ça » a-t-il expliqué. Reste que les perspectives de sortie de crise ont été mises à mal par les récents affrontements dans l’ouest, notamment celui de lundi à Duékoué entre militaires français et rebelles ivoiriens. La réunion de Paris pourrait même être boycottée par les principaux protagonistes rebelles du conflit malgré les appels au dialogue réitérés mardi par le président français lui-même. L’ambassadeur français à Abidjan devait d’ailleurs rencontrer plusieurs groupes opposants mercredi à ce propos.
Sur le terrain, si les combats semblent s’être atténués, la situation humanitaire ne cesse de se détériorer. « La guerre civile (…) a chassé de chez elles des milliers de personnes, épuisé les réserves de médicaments, fermé des écoles et gravement nui à l’économie », soulignait un rapport de l’ONU mardi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *