Crise : Les banques européennes à la peine

Crise : Les banques européennes à la peine

Nouveau record absolu des dépôts des banques auprès de la Banque centrale européenne, placement sans gloire d’une émission obligataire allemande: les investisseurs sont prudents en ce début d’année alors que la crise de la dette n’est toujours pas réglée. Ce retour de la frilosité était visible en Bourse: toutes les places européennes étaient nettement dans le rouge vers 12h00 GMT mercredi, avec des baisses allant de plus de 1,5% à Milan et Madrid, à un peu plus de 0,7% à Francfort et Paris. Les banques de la zone euro ont déposé 453,18 milliards d’euros auprès de la Banque centrale européenne (BCE) entre mardi et mercredi, soit un nouveau record absolu. Bien que très faiblement rémunérés par la BCE, à 0,25%, ces dépôts au jour le jour ont battu des records ces dernières semaines, témoignant de profonds dysfonctionnements du marché du prêt interbancaire. Le précédent record absolu avait été franchi entre le 27 et le 28 décembre (452 milliards d’euros). Le marché des liquidités fonctionne en circuit fermé: la BCE prête massivement et généreusement aux banques, comme elle l’a fait en décembre en allouant 489 milliards d’euros sur 3 ans à 1%, mais les instituts de crédit préfèrent toujours parquer leurs surplus de liquidités auprès d’elle plutôt que de se prêter entre eux ou à l’économie réelle. Par ailleurs, les prêts d’urgence de la BCE sur 24 heures, dernier recours des banques peinant à se refinancer, se maintiennent également à des niveaux élevés: de mardi à mercredi ils ont représenté 15 milliards d’euros, non loin de leur plus haut niveau depuis juin 2009. «On voit que la confiance entre les banques n’est pas encore de retour, et que le marché interbancaire ne fonctionne toujours pas», a constaté pour l’AFP l’économiste de HSBC Trinkaus Stefan Schilbe. «En ce moment la plupart de l’argent (prêté par la BCE) revient, et ça ne va pas changer du jour au lendemain», a-t-il ajouté.  La crise persistante de la dette publique, la menace d’un abaissement général des notes souveraines en zone euro par les agences de notation financière, l’augmentation des besoins réglementaires des banques européennes en fonds propres et les inquiétudes sur la conjoncture en zone euro sont les principales causes de ce phénomène. Cédric Tellier, économiste chez Natixis, a toutefois relativisé les dépôts record auprès de la BCE en rappelant que les banques les avaient multipliés en fin d’année pour des raisons de bouclage de bilan au 31 décembre, et que cet effet n’était que «progressivement en train de s’effacer». Le fait que les banques retiennent leurs liquidités illustre toutefois également leur manque d’appétit pour les obligations souveraines de la zone euro. Or, les Européens avaient espéré que cet appétit allait renaître grâce aux opérations de prêts massives de la BCE. L’Allemagne a rassuré en plaçant avec succès mercredi une émission obligataire à 10 ans, mais l’opération n’a pas déchaîné l’enthousiasme: l’émission a attiré 5,14 milliards d’euros d’offres, à peine plus que son objectif de départ de 5 milliards d’euros.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *