Des chercheurs Suisses découvrent un nouveau système planétaire

Pour l’auteur de la découverte, Michel Mayor, professeur genevois, la détection de ces planètes, très petites à l’échelle du cosmos, est un exploit, car, la plupart des 180 exoplanètes recensées à ce jour, sont beaucoup plus imposantes et d’aspect gazeux.

Le nouveau système planétaire a été baptisé le Trident de Neptune . Il se situe à environ 40 années-lumière de la Terre.

La découverte des astronomes helvétiques, publiée dans la revue scientifique internationale _áNatureá , souligne que les trois planètes du Trident de Neptune tournent autour d’une étoile un peu moins grande que le Soleil.

Le système comprend aussi un anneau d’astéroïdes semblable à celui que l’on trouve entre Mars et Jupiter.

Ce genre de découvertes permet de tester la théorie sur la formation des systèmes planétaires, a noté l’astronome genevois, précisant qu’aujourd’hui, nombreux sont les scientifiques qui pensent que les planètes se constituent par agglomération de grains de poussière.

L’objectif plus éloigné des chasseurs de planètes est de détecter une vie extraterrestre. Beaucoup estiment qu’on aura plus de chance d’en trouver des traces de vie sur des petites planètes rocheuses, a expliqué M. Mayor.

Actuellement, les instruments de mesure des astronomes ne sont pas assez sensibles pour détecter des objets analogues à la Terre, a indiqué le chercheur, enseignant à l’Université de Genève. Mais à moyen terme, l’espoir d’y parvenir reste entier, a-t-il affirmé.

La découverte du Trident de Neptune a été faite par l’équipe du professeur Mayor de l’Observatoire de l’Université de Genève, tandis que le professeur Willy Benz et Yann Alibert, de l’Université de Berne, ont pris le relais pour étudier la nature de ce système planétaire, souligne la revue.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *