Des composants de missile livrés par erreur à Taïwan

Les Etats-Unis ont admis mardi avoir livré par erreur à Taïwan quatre composants de missiles nucléaires en 2006, qu’ils viennent seulement de récupérer, un incident embarrassant compte tenu des relations complexes entre Pékin, Taipei et Washington. Cette erreur de livraison est la deuxième bévue de l’armée de l’Air américaine en quelques mois impliquant du matériel nucléaire ou de l’équipement lié à un armement nucléaire, après le survol d’un B-52 chargé de missiles de croisière au-dessus des Etats-Unis. Le secrétaire américain à l’armée de l’Air, Michael Wynne, a indiqué lors d’une conférence de presse qu’il s’agissait de quatre «composants électriques pour le détonateur situé dans l’ogive nucléaire» d’un missile balistique intercontinental Minuteman, envoyés à Taïwan en lieu et place de batteries d’hélicoptères commandées par l’île. «Il ne s’agit pas d’un composant nucléaire», a-t-il souligné, en précisant que la technologie de ces pièces, cruciales pour la mise à feu des missiles nucléaires, datait des années 1960.
Taïwan a notifié l’erreur de livraison la semaine dernière, après avoir découvert ces composants dans ses stocks. Le président américain George W. Bush a été informé de l’incident vendredi, ainsi que le secrétaire à la Défense Robert Gates qui a ordonné une enquête, a annoncé le sous-secrétaire adjoint chargé de la politique de Défense du Pentagone, Ryan Henry, en qualifiant cet incident de «troublant». Le président Bush «apprécie le fait de savoir qu’ils ont fait le nécessaire et qu’une enquête est en cours», «mais il sera intéressé d’entendre les résultats» de cette investigation, a déclaré mardi la porte-parole de la Maison-Blanche, Dana Perino. La Chine a également été informée.
D’après les premières conclusions du Pentagone, les composants sont restés dans une aire de stockage après leur livraison et n’ont pas été touchés. Mais une telle erreur est diplomatiquement embarrassante en raison des liens ambigus entretenus entre la Chine, Taïwan et Washington. Pékin considère toujours l’île comme partie intégrante de son territoire en attente de réunification, malgré son indépendance de fait en 1949, et promet de recourir à la force en cas de sécession formelle de l’île. Or toute invasion de Taïwan par la Chine risquerait de provoquer une guerre avec les Etats-Unis, dans la mesure où Washington s’est engagé à venir en aide à Taïwan si l’île était menacée. «Notre politique sur les ventes d’armes à Taïwan n’a pas changé. Cet incident spécifique était juste une erreur de procédure et n’indique pas un changement de politique» à l’égard de Taipei, a fait valoir M. Henry.
C’est la deuxième fois en quelques mois que l’armée de l’Air américaine est coupable d’une erreur de manipulation impliquant du matériel nucléaire ou de l’équipement lié à un armement nucléaire.

• Daphné Benoît (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *