Des documents lèvent le voile sur l’affaire «Exodus»

Deux ans après la fin de la Seconde guerre mondiale, le gouvernement britannique a tenté de renvoyer vers l’Allemagne post-nazie des milliers de Juifs survivants de l’Holocauste qui avaient pris la mer à destination de la Palestine. D’après des documents secrets rendus publics lundi, Londres souhaitait mener l’opération sans enflammer l’opinion publique internationale. Mais un tel objectif était impensable. Au sortir du conflit, le monde était horrifié par les récits sur la Shoah et l’extermination de six millions de Juifs par les nazis. Et en dépit des efforts visant à présenter la mesure son meilleur jour, la décision de renvoyer plus de 4.500 Juifs à bord du bateau «Exodus» vira au fiasco pour la Grande-Bretagne sur le plan humanitaire et en termes de relations publiques. L’histoire court sur plus de 400 pages de documents secrets conservés aux Archives nationales de Grande-Bretagne, qui viennent de tomber dans le domaine public.
Les Juifs de l’«Exodus» comptaient gagner illégalement la Palestine durant l’année 1947, avant qu’un vote à l’ONU ne valide le partage de la Palestine entre deux Etats, un juif et l’autre arabe. La Palestine était sous protectorat britannique et Londres estima qu’il fallait empêcher les immigrants juifs de l’atteindre afin de sauvegarder l’équilibre démographique entre Juifs et Arabes. Après l’arraisonnement mouvementé du bateau, Londres transféra les passagers de l’Exodus sur trois navires britanniques. Et au bout de bien des tourments pour les passagers errants de l’«Exodus», les Britanniques conclurent que le seul endroit où ils pouvaient envoyer les Juifs était la zone d’occupation qu’ils contrôlaient dans l’Allemagne d’après-guerre. Là, ils pourraient être placés dans des camps de déplacés, et les extrémistes en leur sein passés au crible. Après un débarquement en Allemagne, nombre des passagers furent finalement retenus dans des camps militaires à Chypre avec d’autres Juifs refoulés de Palestine. Et quand l’Etat d’Israël fut créé en 1948, les passagers de l’«Exodus» purent s’y rendre. Cette épreuve de l’«Exodus» attira l’attention de la communauté internationale sur le sort des Juifs survivant fuyant l’Europe après la guerre et mis Londres sur la sellette.

• Gregory Katz (AP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *