Des manifestants attaquent les locaux d’observateurs internationaux à Hébron

Quelque 200 écoliers ont lancé des pierres et des bouteilles sur le QG de la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH), brisant plusieurs vitres, selon les témoins. Un groupe de manifestants a pénétré dans l’enceinte du QG où ils ont fracassé les vitres de plusieurs voitures de la TIPH. Un petit nombre de policiers palestiniens affectés à la garde des lieux ont tenté de disperser les manifestants en tirant en l’air mais ils ont été vite débordés. Des renforts policiers ont alors été appelés et ont mis en fuite les manifestants. La porte-parole de la TIPH, Gunhild Forselv, a affirmé à l’AFP qu’aucun membre de la mission n’avait été blessé par les manifestants et que ceux-ci n’étaient pas entrés dans les bureaux. "Ils ont brisé un grand nombre de vitres et de pare-brises de voitures", a-t-elle affirmé. Avant la manifestation, Mme Forselv avait indiqué à l’AFP que onze Danois membres de la TIPH avaient quitté la ville la semaine dernière de crainte d’être pris à partie par la population locale à la suite de l’affaire des caricatures de Mohamed. Selon elle, la TIPH, qui comprend, outre les Danois, 62 autres observateurs de nationalité norvégienne, suédoise, italienne, suisse et turque, a suspendu ses patrouilles dans la ville depuis une semaine par mesure de sécurité.
Plusieurs manifestations contre les caricatures de Mohamed ont en effet eu lieu ces derniers jours devant les locaux de la TIPH à Hébron.
"Nous espérons reprendre les patrouilles aujourd’hui et nous pensons que les Danois vont nous rejoindre prochainement", avait-elle ajouté.
La TIPH avait fermement condamné dans un encart publié début février dans la presse palestinienne la publication des caricatures de Mahomet par des journaux européens. Le chef de la mission, Arnstein Overkil, a envoyé mardi des lettres de protestation à certains des journaux qui ont publié les dessins, a indiqué la TIPH dans un communiqué.
La TIPH, dont le mandat est renouvelé tous les six mois, est déployée à Hébron en vertu d’un accord israélo-palestinien, conclu après le massacre en février 1994 par un colon israélien de 29 Palestiniens en prière dans le Caveau des Patriarches, lieu saint pour les juifs et les musulmans.
Cette mission civile a pour principale tâche et de recenser et rapporter les violations commises par les colons ou par les Palestiniens. Elle n’est pas autorisée à intervenir directement lors d’éventuels incidents et n’a pas de pouvoir militaire ou de police.
La publication dans un journal danois, puis dans la presse européenne, des caricatures du prophète Mohamed jugées insultantes a suscité une vague de violentes protestations dans les territoires palestiniens comme ailleurs dans le monde musulman.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *